les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Le jardin fin juillet

Plus d'un mois sans pluie !

Les températures se baladent chaque jour autour des 30° (avec un petit passage à 35°) et heureusement descendent la nuit.

 

 

Le jardin, lui, a chaud, sec et brule par le soleil.

D'autant plus, qu'à part les 3 bacs et la turbotière dans lesquelles pataugent les rosiers de la creuse, aucune plante n'est arrosée.

Par principe, je ne protège pas l'hiver et, je n'arrose pas non plus l'été.

C'est encore moins possible cette année car, la cuve de 10 000l enterrée au pied du pignon de la grange est vide. L'eau stockée est destinée à l'abreuvement des juments en priorité.

 

La dernière pluie date du 20 juin.

Il a grêlé dans la plaie le 1° juillet mais nous sommes passés à côté.

Les orages sont donc attendus presque avec impatience. On va juste espérer qu'ils ne détruisent pas tout.

 

Je ne me plains pas, car dans la plaine, c'est bien pire.

Ma problématique du moment est : trouver du foin. J'ai une piste pour du 2021 mais rien de sure.

Mon agriculteur habituel n'a pue me fournir que 10 t sur les 15 habituel, les prés sont tous sec et je commence à donner du foin.

 

 

Bref, c'est sec et certains feuillages brulent par le rayonnement solaire alors que d'autres s'en sortent plutôt bien.

 

Le top ten de la feuille qui pendouille revient aux hydrangeas (hydro = eau en grec donc c'est pas une surprise), le cornus vert, l'azalée caduque les petits rhodo (pas sure qu'ils survivent) le berberis panaché et les viburnum plicatum

 

20220724_081825
20220724_082249
20220724_091937
20220724_092214
20220724_092903
20220724_081938

 

Mais bon, à côté de ça certains s'en sortent plutôt bien.

Le massif du four à pain resplendit alors qu'il est en plein soleil à l'heure la plus chaude de la journée (j'ai fortement taillé le rosier albertine qui le protégeait un peu du soleil)

 

20220712_103236
20220712_103305
20220712_103339

 dans le jardin du haut, si les poiriers donnent des signes de faiblesse les rosiers apportent de la couleur. L'association persicaire, nepeta, campanule london anna, alcatea canabida, echinops ritro et rosier kimono tient parfaitement le choc

 

20220712_101311
20220712_101424
20220724_081125

 

Et puis une vraie belle surprise dans le jardin du bas, du côté du fil à linge, le massif jaune est en grande forme alors qu'il a été planté l'année dernière.

 

20220712_103616
20220721_081537
20220721_081629

 

du côté du fil à linge Anabelle fait de la résistance. Tout comme le fouillis autour du parotia persica (rosier mozart, tapis volant, cecile bruner, spirée, persicaire, syringa microphylla, cornus panaché jaune). Je picore les framboises avant qu'elles ne sèchent sur pied

 

20220712_104123
20220712_104200
20220712_104230

 

Et puis pour finir le tour du jardin, voici deux massifs en observation.

Celui du pignon, car le maçon est passé par là et j'avais scalpé la ronce dorée au pied et le viburnum plicatum shasta donne de sérieux signes de faiblesse

 

20220724_093958

 

Et le massif sous les pruniers. Il était initialement à mi ombre (épargné du plein soleil à partir de 10h) et l'énorme sapin de noel est tombé lors de l'orage du 10 aout l'année dernière. L'exposition a donc radicalement changé.  Certains apprécient, d'autres .... moins

 

 

20220712_104305

 

Passez une belle journée.

Nous, on reste au frais

 

20220712_110412

 

 



26/07/2022
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 146 autres membres