les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Le luxe, c'est le temps

On dit souvent que le luxe c'est pas d'avoir de l'argent mais de l'espace.

 

Que néni, pour moi, le luxe c'est d'avoir le temps.

 

Le temps de prépaper des cours et ne pas arriver en cours le lundi sans rien de prêt

 

Le temps d'un café au soleil, un matin quand je ne commence qu'à 10 h

 

Le temps d'une ballade canine en rentrant alors qu'il fait encore jour

 

Le temps d'une gratouille à Djinfizz qui grandit beaucoup trop vite

 

Le temps d'une après midi de ballade dans le jardin de Maurice Laurent sous la pluie, et de faire encore et encore de belles rencontres

 

Le temps d'une bise à Monique et à son homme, ces lavandes toutes en nuances et ces sublimes vivaces

 

 

Le temps de profiter du printemps et ces feuilles de soie

 

Mais aussi le temps de broyer mes prés, et repartir sur de bonnes bases après des années de lutte contre le coktail bien piquant de genets, prunelles, , aubépines et églantiers parfois hautes de 2 mètres, malgré la pente

 

 

Et au jardin, le temps des tulipes et narcisses

 


Auquel succède celui des géraniums phaeum qui s'ouvrent juste

 

Et bientôt, le temps des roses, des ancolies, pavots

 

Et ce weekend, se sera le temps d'aller à la roseraie de Dominique Croix (sourire d'orchidée c'est son papa) et l'aniversaire de son jardin bicentenaire

 

https://les-cavaliers-du-haut-forez.blog4ever.com/les-pepinieres-croix

 

 


22/05/2019
2 Poster un commentaire

Un weekend de Pacques hyper actif et bricolages jardinier

Initialement, je devais être en Camargue, à galoper sur les plages des Saintes-Maries ...

Sauf que Bohême a décidé de me faire une belle peur il y a un mois en faisant une fourbure médicamenteuse.

Elle s'en sort très bien mais, son état de santé impose deux visites quotidiennes que je ne peux déléguer.

Je n'ai donc pas pu non plus aller en Normandie ou Pacques est synonyme de rassemblement familial.

 

C'est finalement une visite de Laurence, venue de Suisse qui me permettra d'éviter de "broger" une bonne partie du weekend

On as bien évidement rendu visites à Djinfizz qui guerrit doucement mais surement et qui devrait être de retour d'ici une dizaine de jours maximum.

 

 

Bon, il faudra lui expliquer que même si il pousse, à force de grandir, il ne pourra plus passer

 

Puis, on est allé se percher sur les Hautes Chaumes.

C'est pas encore le printemps là haut, mais les premières jonquilles pointent le bout de leurs pétales.

 

 

Comme les bons moments passent toujours trop vite, Laurence est repartie dimanche midi (le vendredi est ferrié en Suisse) et j'ai passé la suite du weekend pascal à jardiner.

 

J'en ai profité pour poursuivre les plantations des achats de la fête des plantes de St Jean et de St Priest, poursuivre mes bricolages de structure et hélas couper une bonne partie du rosier Albertine

 

En effet, la belle Albertine est en grande partie morte. Il a été parmis les premiers rosiers plantés au jardin et c'était un mur de fleurs. A la sortie de l'hiver il m'avait semblé qu'une partie était sèche mais j'ai préféré attendre. Se que je craignais c'est avéré exact. Le pied de départ est à priori mort et j'ai enlevé la majorité du rosier "d'origine'.

Il va y avoir un beau gros trou ... En dépalissant le reste du rosier, je devrai pouvoir limiter les dégats mais j'espère que se n'est pas la souche entière qui disparaitra

 

J'ai fais trois brouettes de branches mortes (brulées au cas ou .....) et utilisé la scie d'élagage pour couper le tronc.

 

J'ai également agrandi (bon d'accord, de 3m²) le massif de la haie de troene. J'avais anticipé et m'étais fournis en troène à l'école (4,2 € le pied X 2) et avais acheté un poteau ainsi que son support. Le reste n'est que de la récup

 

Après plusieurs essais j'ai finalement réutilisé des douelles de toneaux que j'ai comprimé et sur lesquels j'ai fixé les piafs métaliques en stock.

A son pied, le malus coccinela déplacé (qui servira de point focal en été avec on feuillage sombre), une spirée japonica alba (achetée à St Priest), le rosier "des étoiles pleins les yeux" et des lavandes colorées achetées à l'école

 

 

Puis, j'ai réutilisé les piquets à tomates, des tasseaux (trop souple et qui donc plient) et un second poteau et son ancre pour créer une structure qui délimitera le massif "bleu citron"  et je l'espère restreindra les passages de Ma-Fi entre le massif et le potager juste derrière .

 

 

 

Et puis, pendant que je jardinais, le printemps c'est invité au jardin.

 

Le massif créé l'année dernière, tout au fond du jardin, vers le fil à linge.

 

 

Perchée sur mon escabeau, en regardant vers la maison

 

Détail de floraisons dans le jardin du haut

 

L'amélanchier, couvert de fleurs

 

Le massif jaune du pignon (Nathalie, c'est sous celui qu'il y a la cuve de 10 000 l d'eau) se réveille doucement

 

 

Depuis la terrasse, après que le vent de cette nuit aie une fois de plus soulevé les tôles de l'abri à bois qui sera démonté (cassé par la tempête de neige d'octobre)

 

A bientôt

 

La pluie est enfin de retour

 

 

Je vais donc en profiter pour me percer les doigts

 

 

Hélène

 


24/04/2019
5 Poster un commentaire

Djinfizz des Bruneles, l'origine du nom

Il y a maintenant un peux plus d'une semaine, monsieur "Minus" pointait le bout de son nez.

 

 

 

Il fallait donc lui trouver un nom.

Oui mais lequel ?

Chez les chevaux comme les chiens, nous avons une lettre a respecter et en 2019 c'est l'année des J

Sauf que chez les arabes, Demis sang arabes et quelques autres races, nous ne sommes pas obligés d'être à la lettre.

 

"Minus" est le fils d'Untuition (gagnante sur 80 VL) :  père arabe (Khasa d'aigremont)  et mère Anglo-arabe et barbe

 

 

 

 

Et de Djevar des Graves : fils de Varoussa (championne du monde d'endurance ....., et Djebel Lotois (arabe gagnant de courses de plat).

En plus d'être un vrai Don Jua, il transmet son gentil caractère et son ossature puissante. 

Sa descendance est déjà bien présente sur les pistes d'endurance et même exportée

 

 

 

 

 

 

Sa fiche d'étalon est là http://www.haras-soual.fr/etalons-endurance.php#

et je vous recommande très chaudement les étalonniers qui se sont montrés très pro et hyper disponible

 

J'ai donc progressivement décidé de trouver un nom avec les mêmes lettres que son super Papa soit DJ........ des Bruneles avec un maximum de 23 lettres.

Djasmin (jamin en arabe) , Djustone, Djustfriend, Djehan (cratère de la lune) Djokaï (cratère de mercure), Djeb (la terre en arabe), Djoke, Djoïstick, Djazzil, Djazala et bien d'autres. me sont passés par la tête.

 

Et puis autour du 20 janvier alors que j'étais à Paris je parle de ma recherche avec ma mère qui faisait autre chose et lève la tête : DJINFIZZ !!!!

Moi : Pourquoi, c'est quoi ?

Maman : C'est un parfum Lubin, le premier "industriel" créé pour grace Kely

 

Depuis, seul le nom de Djinfizz me restait en tête. C'est devenu une évidence e t quand "Minus" est arrivé il c'est de suite appelé Djinfizz.

 

Maintenant pourquoi un parfum de Lubin, et c'est quoi Lubin.

 

Je vous invite à remonter dans le temps.

Ma Grand-mère : Madame Elisbethe Gimbert, est née PROT, et les PROT sont intimement liés à la maison de parfum Lubin

 

 

 

Lubin est une maison historique de parfums avec des clientes célébrissimes comme Marie-Antoinette ou Joséphine et en 1830, Lubin est fournisseur de la cour royale de France.

En 1844, Lubin devient propriété de Félix Prot apprentit, qui développera la maison à Cannes mais aussi à Paris et invente la machine à vapeur pour extraire les parfum des fleurs de jasmin et de rose.

 

La parfum Gin Fizz est créé en 1955  en hommage à la femme la plus belle et la plus élégante de son siècle, Grace Kelly. 

Résultat de recherche d'images pour "grace kelly"

 

Paul et André Prot conservèrent les rênes de la Maison jusqu’à la fin des années 1960, et connurent à nouveau le succès avec l’Eau Neuve en 1968. Puis, la maison fut vendu à un grand groupe industriel (de mémoire Guerlain mais rien de sure) avant d'être racheté il y a peu et renaitre sous son propre nom.

 

Je n'ai jamais connu "la villa Louise" véritable dédale de pièces à Cannes mais c'est encore très présent dans l'histoire familliale. De mon côté, j'ai plusieurs bouteilles de parfum lubin ainsi que de nombreuses affiches de "réclame" Lubin encadré sur mes murs.  De même, pour mes 40 ans, ma grand-mère m'a offert une superbe bague mais aussi une bouteille de parfum l'eau neuve qui est le seul qu'il m'arrive de porter. 

 

 

Et puis, dans le même album photo à Noël 1975 .....

 

Comme quoi .......

 

 


06/04/2019
2 Poster un commentaire

Djinfizz des Bruneles

Depuis le 4 Mars, Untution et Longlette sont chez le véto.

Pour une fois, rien de grâve. Il faut juste attendre.

Normalement, dame tuitui est à terme, donc dans quelques jours, un bout de museau devrait pointer le bout de son nez

 

Sauf qu'Untuition a décidé de nous faire attendre

 

Attendre la pleine lune, la super lune même : rien

 

Attendre la tempête: toujours rien

 

Pourtant, on le voit bien bouger et tuitui se transforme en vache laitière

Les juments poulinnent le plus souvent le soir ou en pleine nuit (quand le piéton-veilleur ronfle .....) sauf Tuitui.

 

Mardi matin, l'humain, comme tout les matins, distribue le pt'tit dej. Comme il a les mains pleines, il n'enlève pas la ceinture et continue sa distribution. A peine au bout du couloir, le téléphone sonne. Il finit de nourrir et quand il arrive au boxe d'Untuition, elle est bien couchée, le poulinnage a commencé. Il surveille de pret mais laisse la jument faire. 30 minutes plus tard, tout est fini. Tuitui est debout, une petite chose à ces pieds.

 

Mon téléphone sonne, il n' est pas  7h, j'ai le nez dans la tasse de café.

 

"sylvain véto":  "Je te réveille pas ?

Moi : " non, mais je pensais que tu m'apellerai un soir"

Lui : "t'a commandé quoi ? "

Moi : " 4 pattes, 2 zoreilles, 1 tête et une queue à l'autre bout"

Lui : " bon, tu verra il y a un accesoire en plus, il est alezan et tout c'est bien passé

Moi " J'ARRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIVE"

 

Autant dire, que la "clio à kapette" la voiturette et le tracteur que j'ai doublé ne m'ont pas vraiment ralenti ...... Moins de 20 minutes plus tard, j'étais devant la porte du boxe.

Je m'installe dans un coin, au fond, les fesses dans la paille et me fait la plus petite possible pour ne pas gêner.

 

 

 

 

L'équilibre est instable mais "minus" est bien dégourdit, il est grand et maman découvre son nouveau métier.

 

Première gamelle, il va falloir se relever .....

 

 

Ou pas. 

 

Ffinalement, étalé au sol, c'est plus facile pour dormir.

C'est fatiguant la vie de poulain, surtout après deux petites heures de vie

 

 

 

Bon allé, faut se lever. L'autre piéton (celui avec le stéto autour du cou et le thermomètre dans la poche) approche.

 

 

Les examens post-naissance sont fait et tout va bien.

Dans deux jours, tout le monde sera dehors

 

L'homme au stéo m'apelle "minus" mais, il parait que je m'apelle Djinfizz des Bruneles.

Pourquoi Djinfizz me direz vous ?

Pas à cause de la boisson, mais pourquoi alors ?

 

Allez un indice

 https://lubin.eu/histoire/

 

 

 

     

 

 

 

 

 


31/03/2019
4 Poster un commentaire

Plantation de haies aux brunelles

Le printemps est la saison du réveil du jardin, des naissances mais ausi celle de la fin des plantations.

Je viens juste de finir les plantations aux Brunelles donc voici un article sur les plantations de haies réalisées en complément de la végétation déjà en place.

 

 

Depuis maintenant quatre ans, j’ai commencé un programme de plantation de haies autour du terrain.

Les objectifs sont multiples mais l’idée est de faire de l’ombre à Longlette qui ; avec son uvéite devient de plus en plus sensible au soleil. Avec les haies, je cherche à ménager la vue de ma jument. Les objectifs suivant sont la production de fruits attirant les oiseaux (qui bouloteront les chenilles processionnaires en échange), la présence de fleurs mellifères pour les abeilles de Romuald et me remplir l’estomac. 

 

En complément, les haies servent de brise vent, trouble la formation de congères ; délimitent la surface accessible et certains végétaux (comme le frêne) sont grignotés par les juments qui les utilise comme pharmacie.

Les végétaux plantés peuvent être divisés en trois grandes hauteurs (Les arbres, les grands arbustes et les arbustes) et sont réparties selon trois grands thèmes :

  • La haie fruitière (pour mon estomac)
  • La haie d’ombrage
  • Le verger-maraicher

 

Les végétaux sont volontairement plantés trop serrés afin d’avoir un effet rapide et développer de la hauteur. Les ramures des arbustes occuperont l’espace laissé vide par les troncs. Les arbres en place ont bien évidement été conservés et ont servi de base à la suite des plantations. Il s’agit des chênes (Quercus robur), Merisier (Prunus avium), Frêne (Fraxinus excelsior), Hêtres (Fagus sylvatica), Châtaigner (Castanea sativa), Cormier (Sorbus domestica) Aubépine (Crataegus) et du Genet (Genista tinctoria) qui est une véritable envahissante.

 

Je me suis donc appuyée sur ces végétaux et complété les manques en plaçant un de ces arbres tous les 7 m en moyenne.  Entre ces grands arbres, j’ai planté des arbustes tous les un mètre en alternant les arbustes à grand développement et ceux plus petits.  En bordure, j’ai installé des lavandes, romarins, menthes, rhubarbe ou de la consoude.

 

Le sol étant très drainant et pauvre en matière organique, l’année N-1 ; J’ai étalé du vieux fumier bien décomposé que j’ai couvert de vieux foin bien pourri.

 

Les végétaux ont été plantés entre la fin de l’automne et l’hiver, tous en racines nues et jeunes plants.  L’année N+1, j’effectue un recépage afin d’avoir des plants plus touffus. Si besoin, je complète le paillage en vieux foin pourri, voir du vieux fumier bien composté selon les endroits. Les végétaux sont protégés des incisives par une double clôture faite de planches bien visibles et de filkipik.

 

En trois ans, se sont ainsi environ 300 ml de haies qui ont été plantés que j’ai complété cet hiver par une bande de 70 ml de verger-potager. J’ai planté 3 cerisiers (napoleon, burlat, griotte), 3 pêchers de vigne, 2 poiriers en plus de ceux déjà présents dont les fruits se conservent bien l’hiver (passe-crassane et doyenne de comice), 2 figuiers (c’est un essais) ainsi que des petits fruits (Caseilles, groseilles blanches, framboises et baies de mai). Des légumes complèteront les plantations d’ici peu de temps et je complèterai les haies de petits fruits en fonction de mes envies. Il n’est pas impossible que je plante du kiwi, d’autres pieds de vigne et curiosités

 

 

La liste des végétaux plantés ainsi que quelques caractéritiques est consultable en dessous

 

 

 


29/03/2019
1 Poster un commentaire