les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Plantation de haies en bordure de prairie. Les plantes toxiques

Membre de plusieurs groupes facebook en lien avec les chevaux, l'aménagement des cadres de vie ou l'alimentation, je vois régulièment apparaitre des demandes de listes de végétaux pouvant être plantés en haies en bordure de prairie ou de carrière.

Bien souvent, les personnes concernées font des recherches et mettent en ligne des propositions contenant des plantes toxiques voir mortelles.

Même problème avec les listes proposées par les pépiniéristes.

 

Voici une premièe liste de PLANTES TOXIQUES OU MORTELLES pour nos amis animaux ou même les hommes.

Personellement, je ne prends pas de risque et ne plante pas de végétaux à la toxicité forte ou mortelle accessibles aux chevaux. Ceux présents sont éradiqués par arrachage et/ou abatage (j'ai commencé à couper les pins cet hiver car envahis de processionaires). Sur le même principe, j'arrache chaque année des genêts à la fois à cause de son caractère invasif et car il est toxique par ces graines qui peuvent être mortelles.

 

Le tabelau est divisé en trois grandes parties :

- Les colonnes de gauche donnent la désignation de la plante. Quand il n'y a que le genre, c'est que toutes les espèces sont concernées. Ex : le Quercus qui est le chêne

- Au milieu : la ou les parties de la plante qui sont toxiques

- A droite, le niveau de toxicité ou une information qui me semble importante. Par exemple, les baies du houx étant toxique, sachez que c'est une plante dioïque donc, il existe des pieds mâles et des pieds femelles. La plantation d'un houx mâle ne pose donc pas de problèmes. Dans le même genre, pour les pins, se ne sont pas les feuilles ou les fruits qui sont toxiques mais les cocons de processionaires qu'ils peuvent héberger.

 

Le tableau ne contient que les arbres et arbustes. Les grimpantes, vivaces, bulbes .... ne sont pas présentées.

J'espère ainsi pouvoir vous aider dans vos choix et proposerai d'ici peu une liste d'arbres et arbustes compatibles et sans risques avec la plantation de haies en bords de prairies

 

 En cas de besoin n'hésitez pas à poser vos questions, je me ferai un plaisir de vous aider si c'est dans mes capacités.

 


29/05/2018
0 Poster un commentaire

Géraniums phaeum, les pourpres

Il me semblait que la dame de la météo a dit qu'il ferai beau aujourd'hui.

28 degrés et soleil normalement

 

Et bien il pleut, il y a du vent et on est bien loin des 28 degrés annoncés.

Donc, au lieu de monter Bohême, voilà la suite des géraniums phaeum présents au jardin.

 

Les fleurs sont très très proches et pour moi, sans le feuillage, impossible de les distinguer.

 

Voici le premier arrivé au jardin G.P. Somobor qui se resème généreusement et prend beaucoup de volume. Lui est facile à reconnaitre car il a une macule sur les feuilles

 

 

Un autre facile à reconnaitre grâce à son feuillage. Hyper lumineux, pafait pour animer l'ombre il devient volumineux même si il pousse dans les pieds d'Albertine, complètement à l'ombre. Les fleurs ont une pointe de rouge supplémentaire mais c'est vraiment pas flagrant. Il n'y a pas deux feuilles identiques.

G. P Springtime

 

 

 

En voilà un qui pour moi est impossible à distinguer des copains, ou presque. Un peux plus sombre, presque noir. Le feuillage est vert sans macules

G.P. Mourning Widow

 

 Auquel il faut ajouter G.P Raven qui lui a une pointe de violet  mais qui n'est pas encore en fleurs.

 


26/05/2018
0 Poster un commentaire

Phaeum lilas

Toujours pas la moindre rose au jardin. Le mauve en revanche, lui est bien là

 

Monaies du pape

 

 

Lilas

 

En franchement violet bien foncé l'aquilegia clematiflora de Monique

 

Et puis surtout

Les géraniums phaeum

Originaires des montagnes du centre de l'europe, ils forment vite de gros volumes couverts de fleurs dans les tons de mauves ou pourpre accompagnés de feuillages lus ou moins colorés. Quelques blancs son également au jardin

 

Blanc à feuillage vert le G. p. album

 

 

Qui, quand il s'hybride; devient "blanc pas blanc"

 

Le plus bleu, au feuillage aussi coloré que ces fleurs, planté cette année

G.P.Margareth wilson

 

Trois dans  des tons de lavandes. Plantés il y a deux ans, ce sont devenus des boules de fleurs

 

G.P.Kaligrapher, un de mes préféré surtout qu'il sera ensuite accompagné de Prairie skie, de stachys et de pavots

Le feuillage est bien découpé et accompagné de quelques macules pourpres

 

 

 

Et deux très proches. C'est principalement le feuillage qui permet de les distinguer.

G. P. Lavender pinwel dont la couleur change avec la lumière. Plus d'1 m 3 de fleurs !!!

 

Juste un ton en dessous et surtout sans la macule. Le feuillage est complètement vert G. P Lilly Lovel

 

Et les pourpres ?

Et bien se sera une prochaine fois, ils sont là aussi plusieurs, toute en camaïeu, mais là aussi plus ou moins, rouge, sombre, à macules, tricolores ou vert et comme les mauves, ils se resèment à foison

 

 


25/05/2018
3 Poster un commentaire

Nocturne à la Bâtie d'Urfé

L'année dernière, j'avais passé une soirée mémorable au château de la bâtie d'urfé pour les nuits aux musés.

Cet évènement étant reconduit cette année, c'est avec impatience que j'y suis retournée.

 

La château de la Bâtie d'Urfé est à quelques kilomètres de Montbrison, dans la plaine du Forez.

Les origines du château remontent aux environs de l'an 1 000 et les parties actuellement visible sont été construites autour de 1 500 et sont très inspirés par la renaissance italienne. En effet, Claude d'Urfé (1501-1558) qui est son principal constructeur est un intime de François 1er et occupe le poste d'embassadeur en Italie avant d'être chargé de l'éducation des enfants d'Henry II. Petit fils de Claude, Honoré d'Urfé publie en 1628 "Astré" roman amoureux de plus de 5 000 pages se déroulant dans la plaine du Forez. Astré est concidéré comme l'un des premier "roman classique" encore étudié en cursus litéraire.

 

Le château est en forme de U ouvert sur une grande coure. Sur la gauche, le logement d'une centaine de soldats et les granges, étables, écuries. Sur la droite une galerie très inspiré de https://fr.wikipedia.org/wiki/Filippo_Brunelleschi sur deux étages avec à l'étage une bibliothèque accessible par une grande pente douce. Le centre de la coure est occupé par un grand bâtiment à pluisuers étages et couvert d'un "toit à la française" . Au rez de Chaussé, la chapelle (dont le plafond d'origine est à New-York) et la grotte qui est un chef d'oeuvre puisque c'est la SEULE GROTTE DE ROCAILLE DU 16° ENCORE CONCERVEE EN FRANCE.

 

Pour cette soirée, nous avion rendez vous sous le gros marronier à 20h pour une visite en nocturne accompagné de musique de la Nouvelle Orléans. 

 

 

 

Vu le monde l'année dernière, avant qu'il ne fasse complètement nuit, j'ai profité que les musiciens soient dans le jardin et faire quelques images

 

 

 

 

5 minutes plus tard ...

 

 

 

 

Vue depuis les jardins

 

La fontaine renaissance

 

Les intérieurs avec au rez de chaussé du bâtiment principal : la chapelle

 

 

 

permettant de déboucher dans la grotte faite de coquillages, de sables de stalactites ... Tout est intégralement décoré. Il n'y a pas un seul cm² qui ne soit pas recouvert

 

 

Vue globale issue du nat

 

Et des images de détail

 

Frise en fond de niche

 

Stalactites

 

  

Détails des sols, murs et plafonds

 

 

Et si de jour c'est déjà beau, de nuit c'est .....

 

   

 

 

 

 

 

 

Surtout quand vous ajoutez ceci

 

 

 

Et une barquette de fraises

 


21/05/2018
0 Poster un commentaire

Ballade jardinières

La semaine du 1° mai s'annonçait complexe ...

Mariage d'un cousin à moins de deux heures de la maison, veillée (donc fin de la journée avec les jeunes à 22h...), étude (là on fini à 19h), cours tout le temps et un jury pour completer .... Sachant qu'à celà s'ajoute 250 km de route chaque jour dont la découverte chaque jour différente du bouchon de Givors ....

 

Voyant la tête de mon planning et sachant que le week end était déjà bien chargé j'ai préféré me délocaliser pour la semaine.

J'ai envoyé Longlette et Bloudie en "vacances" chez les parents. C'est plein d'herbe, il y a du travail de tonte et de taille à faire et ça déchargera "papinou" d'une surveillance puisqu'il m'a très gentiment proposé de veiller sur les juments.  "Monsieur Paul" son voisin a des chevaux depuis 40 ans et pourra l'aider si besoin. 

 

C'est donc l'esprit tranquille que je laisse les jujus et prends les chiennes pour une semaine délocalisée à Vienne.

 

Mercredi après midi, j'ai 4 h de cours avec les BTS, il fait beau et j'avoue que ma motivation pour enchainer 4 h de "face à face" frise le néant.

Je profite de la pause pour filer chez Maurice Laurent et lui demande si je peux venir avec les jeunes

 

" Tu te débrouilles, tu connais le jardin, moi, je fais ma sieste"

C'est donc vers 14 h que nous arrivons dans le pré et envahissons le jardin de Maurice.

Objectif : découvrir des floraisons de printemps autre que le forsythia, le kerrya et le Ribes et ils ont été servis ....

 

 

  

 

 

Je passe sur la suite des cours, la veillée (une spécifité des MFR), le jury du jeudi matin puis l'étude du même jeudi soir (là aussi une spécificité des MFR).

 

Le principal avantage de cette délocalisation forcée, c'est que pour me rendre dans la maison qui nous héberge je passe devant le jardin du Bois Marquis.

La nuit n'étant pas encore tombée et le jardin libre de visite j'en rofite pour passer une tête

 

ça manque de soleil mais il est 19h passé ....

 

et puis comme deux ballades jardinières ne suffisent pas, on a enchainé avec Florence, Pascale et Robert et nous sous sommes retrouvés chez Fred et son jardin du Mayet

Et devinez quoi ?

On a passé une super journée

 

 

 


10/05/2018
4 Poster un commentaire