les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Un samedi bien blanc

L'hiver est arrivée avec un peux d'avance et la montagne a revétu son manteau blanc depuis une semaine.

Jusqu'à 50 cm dans le jardin qui ont partiellement fondu avant qu'une seconde couche ne vienne s'ajouter aujourd'hui.

 

Comme tout les jours, je suis descendue voir les juments aux Bruneles. Le blanc recouvrait également le sol même si l'altitude y est nettement inférieure. La route n'étant pas déneigée, la voiture restera en haut  car il y a sous la neige une fine pélicule de glace et le chemin du prés est de toute façon inacessible avec la voiture.

 

 

 

 

Comme tout les jours, je suis attendue avec impatience. C'est l'heure du ptit dej

 

  

Mais contrairement à chaque matin, j'ai du temps. J'en profite pour démarer le tracteur, mettre du foin puis continuer mon opération de décapage de la boue qui entoure l'abri. Le but est de la remplacer par de la tuile pillée une fois que j'aurai enlevé cette boue glissante pour les juemnts.

 

 

 

J'y passerai deux bonnes heures entrecoupées de nombreuses averses de neige

 

 

J'ai bien fais de laisser la voiture "en haut" car l'épaisseur du manteau n'a fait qu'augmenter pendant que j'étais avec les juments.

Une fois de nouveau à la maison et le poele en action, j'ai profité d'un rayon de soleil pour aller me ballader avec les poilues en savourant particulièrement ce moment car l'année dernière, à cette période, j'étais sur mes béquilles et il m'était alors impossible de mettre le nez dehors.

 

  

 

Ma tasse de thé fumante en rentrant était bien méritée.

 

Et demain ?

Rebelotte sauf que comme la tempête est annoncée avec un sol verglassé, je vais attendre l'après midi pour descendre Il semble que j'ai du boulot

 

 

Passez une bonne soirée et faites comme Pastille, restez au chaud

 

Hélène

 


09/12/2017
9 Poster un commentaire

Les petits nouveaux : fleurs d'automne

Voilà de quoi satisfaire la curiosité de Nathalie qui se demandait se que j'ai bien pu planter après une jolie partie de chaises musicales

 

Et bien, l'année dernière, comme j'ai passé l'automne et une bonne partie de l'hiver assise dans un fauteuil ou sur mon banc, j'ai pu constater que le jardin du haut manquait de diversité dans sa floraison automnale. Je voulais entre autre compléter la palette bleues des asters aux noms inconnus et le kaliméris qui fleurit juste avant. 

C'est logiquement que je me suis orientée vers d'autres asters, des graminées et des chrysanthèmes vivaces.

 

J'ai profité de le fête des plantes de St Galmier pour faire mes courses chez Olivier Cazeneuve http://http://www.plantesvivaces.fr/

Implanté sur le Pilat, il est sécialisé dans les végétaux de terrain sec et climat froid. Parfait pour moi et je n'ai jamais été déçue par ces petits godets a prix modique.

Et puis, comme à chaque fois que je m'y rends, je ne suis pas revenue les mains vides de ma visite de chez Mr Mo (Maurice Laurent) puisque j'avais un viburnum suplémentaire mais pas que ....

 

Sur la gauche, presque dans l'hydrangea paniculata

 

J'ai instalé des asters ericoïdes blue wonder qui devrait mesurer 80 cm de haut avec un coeur jaune et aster fricarti monch

Les nuances sont minimes mais bien présentes et relayeront le kalimeris

 

  

Mais aussi des asters rose newton final touch qui devrait mesurer 50 à 70 cm de haut en fin d'été

 

 

Un peut plus loin, sur la droite, aux pieds du lonicera tatarica, de chaque côté du kaliméris en fleurs au mois de sptembre j'ai planté deux arbustes.

 

 

Des hydrangea serrata.

Je suis restée dans la nuance bleues et j'ai opté pour le blue deckle et blue bird. Cette fois encore, la nuance est suptile. Il y autour tout un semis spontané de digitales violines, de campanules , d'asters et épilobes. Mozard est juste à côté et apportera sa touche de couleur en été.

 

 

Photos du net

 

Et puis comme je trouvais que ça manquait un petit peu de peps j'ai ajouté du rose plus soutenu sous la forme de chrysanthèmes vivaces.

Duchesse d'Edimbourg, rouge à coeur jaune devrait mesurer 70 cm de haut , un chrysanthème au nom inconu sont accompagnés d'agastache bolero qui masque son pied 

 

  

Et puis, dans le massif sur la droite, associé aux gris de l'armoise et de la santoline, aux sédums et au perowskia ; un rosier qui me faisait de l'oeil depuis un moment. Je l'ai repéré sur le blog de Bénédicte et c'est le rosier red balerina. On dirait un rosier Balerine (déjà au jardin) qui aurait rencontré Mozard (lui aussi au jardin)

Autant dire que j'attends sa floraison avec impatience

 

Photo de bénédicte

 

Il est venu boucher le trou juste là

Mais si à gauche du cimifuga juste devant le perowskia . Je vous assure qu'en cherchant, j'ai trouvé une p'tite place.

 

et puis en complément, j'ai planté des narcisses blancs, simples, doubles, multifolores .... Tout en mélange avec des muscaris en premier plans là aussi en mélange de variétés. Il ne manque que des tulipes mais les campagnols se servent déjà bien. Elles sont donc actuellement plantées en pots. Je verrai bien où les mettre au printemps.

 

Passez une bonne journée. Il pleuvait ce matin, enfiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin et même si c'est loin de suffire, c'est toujours ça

 

 

 

 


25/11/2017
10 Poster un commentaire

Ballade matinale

Chaque matin ou presque, je passe voir mon petit troupeau avant de partir au boulot à une centaine de kilomètres

 

A l'automne, les juments sont majoritairement au prés qui porte le nom  "les Bruneles" comme ma belle Bohème.

A cette saison, je profite du levé de soleil et j'en prends pleins les yeux à chaque fois ou presque.

Les lumières, les couleurs, le givre, les nuages et même le brouillard font que les 4 km et 300 m d'altitude du trajet transforment la route en tableau de Monet ou Turner.

 

Toutes les photos ont été prise cette semaine entre 7h30 et 10 h puisque jeudi je suis partie plus tard

 

Je peux rester des heures sans bouger à regarder la lumière évoluer

C'est juste en partant, dans le hameau, en attendant que le pare brise dégivre (-4 mardi matin ....)

 

 

Un peux plus bas

 

Puis la route descends à pic et les trous dans les alignements d'arbres et les "bouchures" permettent de profiter de vues sur le village

 

On continue de descendre et on a la vue sur le pic de St Romain le Puy, sa chapelle et sa vigne (du viogner)

Mardi matin, il était dans la brume et le givre

 

Une fois en bas, on tourne à droite, 300 m et on descends par la petite route à gauche. Le partner est alors remarqué par les jujus qui savent que c'est l'heure du ptit dej.

Tout le monde m'attends à la porte du pré

 

"on a faim, on a faim, on a faim"

 

Puis, pendant que les juments mangent, je profite du spectacle

 

Jeudi matin, beau mais pas chaud .... (photo du telephone)

 

Dans le prés, les hêtes, chênes, châtaigners, merisiers font aussi leur show. Les feuillages sont superbes

 

 

 

Et puis parfois, il m'arrive de bricoller en attendant que les juments mangent. Le vent a déchiré la bâche qui protège le foin

 

J'en ai alors parlé au bistro où je bois un café le matin après être allé voir les juments et un papy m'a proposé des tôles neuves pour couvrir le foin. 5 € la tôle, j'ai pas dis non. Du coup, je file, il est presque 10 h et j'ai rendez vous au bistro pour récupérer les dites tôles puis les poser sur l'abri

Allez, hophophop, au boulot, même si le givre couvre le sol, bouger réchauffera et le foin sera au sec

 

Et demain ?

Jardin. J'ai des rosiers qui attendent dans leur carton, il faut les planter (oui encoooooooooooooooooooooore des rosiers)

 

A bientôt

 

Hélène

 

 


18/11/2017
4 Poster un commentaire

Le plateau des Eygaux, terre des arbres sculptés

En ce premier novembre, avec trois amis et nos poilus, nous étions sur les Hautes Chaumes et le plateau des Eygaux

 

Territoire du vent, de l'herbe, des bruyères et myrtilles.

Les vaches sont presques toutes descendues, les clôtures se rangent et vont laisser place aux skieurs autres habitants des lieux en période hivernale.

 

La vue est comme à chaque fois, sublime mêlant toutes les teintes d'ocre du sol aux bleus du ciel

Les arbres sont sculptés par le vent, les tempêtes et la burle.

Comme à chaque fois que je passe là haut, j'ai qu'une envie: m'assoir dans l'herbe et ne plus bouger

 

 

 

Depuis, la neige est bien tombée.

Prochaine ballade, à ski ? ou en raquettes ?

C'est tellement beau que ça mérite d'avoir froid et c'est tellement différent en blanc

 

Passez une belle journée. Ciel bleu, températures froides et sols givrés sur ma montagne

 


15/11/2017
8 Poster un commentaire

Les jardins du Seeds Of Love

Le SOL est un échange de graines mis en place par Isabelle auxquel je m'aprête a participer pour la 5 ° fois

J'ai pas mal de plantes qui portent ainsi des prénoms de jardiniers

 

Mais le SOL c'est aussi des rencontres, des bons moments, des sourires, des fous rires et des clafoutis d'automne au soleil le nez dans une rose

 

Voici le jardin de Pascale où j'avais rendez vous avec Florence et Nathalies, toutes membres du SOL.

Le pauvre Robert était entouré de fiiiiiiiiiiilles qui papautent, qui papautent et qui papautent. Ici on dit qu'elles piaillent

 

Pour se rendre chez Pascale c'est assez simple. Je tourne à gauche à la sortie du village, je mets la plaine à ma droite et ensuite, tout droit ou presque pendant une vingtaine de kilomètres. Le jardin de Pascale est comme le mien, en altitude (autour de 800 m si je me souviens bien) et bénéficie d'une belle vue sur la plaine, le pilat et la chaîne des alpes.

 

Il est divisé en deux grandes parties, une plus ancienne faite de massifs qui s'emèlent, de pièces d'eau, de vieux arbres et de multiples habitants de Robert. 

Et puis, il y a deux ou trois ans, ils ont pu r'acheter le pré d'a côté qui se transforme progressivement en jardin. Une seconde mare, un grand massif blanc, une rocaille et des arbres prennent placent et agrandissent le jardin déjà existant

 

Autant vous le dire, cette fois encore, j'ai passé un moment magique dont voici quelques photos (cliquez dessus, elles s'agrandiront

 

 

 

 

 

Puis, après un déjeunez mémorable, nous avons eu la chance de rentrer dans l'entre de Robert

 

D'abord à l'atelier puis dans la salle d'exposition

 

 

 

Dehors, le ciel se chargeait de nuages et le mauvais temps arrivait. Il était temps de rentrer, des souvenirs pleins la tête, une fois de plus

Prochaine ballades jardinières ?

 

Chez Florence (membre du SOL) pour lui déposer son saladier et profiter d'un tour du jardin et chez Fred une fois de plus car je ne me lasse pas de son jardin

 

 

 


31/10/2017
10 Poster un commentaire