les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Vie quotidienne, ballade du jour, paysage du Haut Forez


Nocturne à la Bâtie d'Urfé

L'année dernière, j'avais passé une soirée mémorable au château de la bâtie d'urfé pour les nuits aux musés.

Cet évènement étant reconduit cette année, c'est avec impatience que j'y suis retournée.

 

La château de la Bâtie d'Urfé est à quelques kilomètres de Montbrison, dans la plaine du Forez.

Les origines du château remontent aux environs de l'an 1 000 et les parties actuellement visible sont été construites autour de 1 500 et sont très inspirés par la renaissance italienne. En effet, Claude d'Urfé (1501-1558) qui est son principal constructeur est un intime de François 1er et occupe le poste d'embassadeur en Italie avant d'être chargé de l'éducation des enfants d'Henry II. Petit fils de Claude, Honoré d'Urfé publie en 1628 "Astré" roman amoureux de plus de 5 000 pages se déroulant dans la plaine du Forez. Astré est concidéré comme l'un des premier "roman classique" encore étudié en cursus litéraire.

 

Le château est en forme de U ouvert sur une grande coure. Sur la gauche, le logement d'une centaine de soldats et les granges, étables, écuries. Sur la droite une galerie très inspiré de https://fr.wikipedia.org/wiki/Filippo_Brunelleschi sur deux étages avec à l'étage une bibliothèque accessible par une grande pente douce. Le centre de la coure est occupé par un grand bâtiment à pluisuers étages et couvert d'un "toit à la française" . Au rez de Chaussé, la chapelle (dont le plafond d'origine est à New-York) et la grotte qui est un chef d'oeuvre puisque c'est la SEULE GROTTE DE ROCAILLE DU 16° ENCORE CONCERVEE EN FRANCE.

 

Pour cette soirée, nous avion rendez vous sous le gros marronier à 20h pour une visite en nocturne accompagné de musique de la Nouvelle Orléans. 

 

 

 

Vu le monde l'année dernière, avant qu'il ne fasse complètement nuit, j'ai profité que les musiciens soient dans le jardin et faire quelques images

 

 

 

 

5 minutes plus tard ...

 

 

 

 

Vue depuis les jardins

 

La fontaine renaissance

 

Les intérieurs avec au rez de chaussé du bâtiment principal : la chapelle

 

 

 

permettant de déboucher dans la grotte faite de coquillages, de sables de stalactites ... Tout est intégralement décoré. Il n'y a pas un seul cm² qui ne soit pas recouvert

 

 

Vue globale issue du nat

 

Et des images de détail

 

Frise en fond de niche

 

Stalactites

 

  

Détails des sols, murs et plafonds

 

 

Et si de jour c'est déjà beau, de nuit c'est .....

 

   

 

 

 

 

 

 

Surtout quand vous ajoutez ceci

 

 

 

Et une barquette de fraises

 


21/05/2018
0 Poster un commentaire

Ballade jardinières

La semaine du 1° mai s'annonçait complexe ...

Mariage d'un cousin à moins de deux heures de la maison, veillée (donc fin de la journée avec les jeunes à 22h...), étude (là on fini à 19h), cours tout le temps et un jury pour completer .... Sachant qu'à celà s'ajoute 250 km de route chaque jour dont la découverte chaque jour différente du bouchon de Givors ....

 

Voyant la tête de mon planning et sachant que le week end était déjà bien chargé j'ai préféré me délocaliser pour la semaine.

J'ai envoyé Longlette et Bloudie en "vacances" chez les parents. C'est plein d'herbe, il y a du travail de tonte et de taille à faire et ça déchargera "papinou" d'une surveillance puisqu'il m'a très gentiment proposé de veiller sur les juments.  "Monsieur Paul" son voisin a des chevaux depuis 40 ans et pourra l'aider si besoin. 

 

C'est donc l'esprit tranquille que je laisse les jujus et prends les chiennes pour une semaine délocalisée à Vienne.

 

Mercredi après midi, j'ai 4 h de cours avec les BTS, il fait beau et j'avoue que ma motivation pour enchainer 4 h de "face à face" frise le néant.

Je profite de la pause pour filer chez Maurice Laurent et lui demande si je peux venir avec les jeunes

 

" Tu te débrouilles, tu connais le jardin, moi, je fais ma sieste"

C'est donc vers 14 h que nous arrivons dans le pré et envahissons le jardin de Maurice.

Objectif : découvrir des floraisons de printemps autre que le forsythia, le kerrya et le Ribes et ils ont été servis ....

 

 

  

 

 

Je passe sur la suite des cours, la veillée (une spécifité des MFR), le jury du jeudi matin puis l'étude du même jeudi soir (là aussi une spécificité des MFR).

 

Le principal avantage de cette délocalisation forcée, c'est que pour me rendre dans la maison qui nous héberge je passe devant le jardin du Bois Marquis.

La nuit n'étant pas encore tombée et le jardin libre de visite j'en rofite pour passer une tête

 

ça manque de soleil mais il est 19h passé ....

 

et puis comme deux ballades jardinières ne suffisent pas, on a enchainé avec Florence, Pascale et Robert et nous sous sommes retrouvés chez Fred et son jardin du Mayet

Et devinez quoi ?

On a passé une super journée

 

 

 


10/05/2018
4 Poster un commentaire

Neige

En france, il n'existe qu'un mot pour le tapis blanc qui recouvre le jardin : la neige

Les mongols en ont plus de 80 .....

 

Pour tant, nous aussi, nous avons plusieurs types de neige.

 

Il y a la neige des batailles des gamins, qui fondent dans le cou

 

La neige qui mouille les pieds avec des chaussures "à trous"

 

La neige des jolis paysages

 

 

La neige qui donne des fourmis dans les skis ou qui fait pousser les raquettes au bout des pieds

 

 

La neige qui au contraire, t'incite a rester au coin du feu

 

 

La neige qui fait arriver en retard

 

 

La neige qui rend heureux

 

 

La neige qui lave plus blanc que blanc

 

ou pas .....

 

 

et puis au jardin, il y a la neige qui plie les végétaux sous son poid

 

 

La neige qui donne envie de faire la sieste au soleil

 

La neig qui transforme les hamamelys en sculptures glacées mais colorées

 

Passez une bonne journée. Et devinez quoi ? IL NEIGE

 


13/02/2018
3 Poster un commentaire

Un samedi bien blanc

L'hiver est arrivée avec un peux d'avance et la montagne a revétu son manteau blanc depuis une semaine.

Jusqu'à 50 cm dans le jardin qui ont partiellement fondu avant qu'une seconde couche ne vienne s'ajouter aujourd'hui.

 

Comme tout les jours, je suis descendue voir les juments aux Bruneles. Le blanc recouvrait également le sol même si l'altitude y est nettement inférieure. La route n'étant pas déneigée, la voiture restera en haut  car il y a sous la neige une fine pélicule de glace et le chemin du prés est de toute façon inacessible avec la voiture.

 

 

 

 

Comme tout les jours, je suis attendue avec impatience. C'est l'heure du ptit dej

 

  

Mais contrairement à chaque matin, j'ai du temps. J'en profite pour démarer le tracteur, mettre du foin puis continuer mon opération de décapage de la boue qui entoure l'abri. Le but est de la remplacer par de la tuile pillée une fois que j'aurai enlevé cette boue glissante pour les juemnts.

 

 

 

J'y passerai deux bonnes heures entrecoupées de nombreuses averses de neige

 

 

J'ai bien fais de laisser la voiture "en haut" car l'épaisseur du manteau n'a fait qu'augmenter pendant que j'étais avec les juments.

Une fois de nouveau à la maison et le poele en action, j'ai profité d'un rayon de soleil pour aller me ballader avec les poilues en savourant particulièrement ce moment car l'année dernière, à cette période, j'étais sur mes béquilles et il m'était alors impossible de mettre le nez dehors.

 

  

 

Ma tasse de thé fumante en rentrant était bien méritée.

 

Et demain ?

Rebelotte sauf que comme la tempête est annoncée avec un sol verglassé, je vais attendre l'après midi pour descendre Il semble que j'ai du boulot

 

 

Passez une bonne soirée et faites comme Pastille, restez au chaud

 

Hélène

 


09/12/2017
9 Poster un commentaire

Ballade matinale

Chaque matin ou presque, je passe voir mon petit troupeau avant de partir au boulot à une centaine de kilomètres

 

A l'automne, les juments sont majoritairement au prés qui porte le nom  "les Bruneles" comme ma belle Bohème.

A cette saison, je profite du levé de soleil et j'en prends pleins les yeux à chaque fois ou presque.

Les lumières, les couleurs, le givre, les nuages et même le brouillard font que les 4 km et 300 m d'altitude du trajet transforment la route en tableau de Monet ou Turner.

 

Toutes les photos ont été prise cette semaine entre 7h30 et 10 h puisque jeudi je suis partie plus tard

 

Je peux rester des heures sans bouger à regarder la lumière évoluer

C'est juste en partant, dans le hameau, en attendant que le pare brise dégivre (-4 mardi matin ....)

 

 

Un peux plus bas

 

Puis la route descends à pic et les trous dans les alignements d'arbres et les "bouchures" permettent de profiter de vues sur le village

 

On continue de descendre et on a la vue sur le pic de St Romain le Puy, sa chapelle et sa vigne (du viogner)

Mardi matin, il était dans la brume et le givre

 

Une fois en bas, on tourne à droite, 300 m et on descends par la petite route à gauche. Le partner est alors remarqué par les jujus qui savent que c'est l'heure du ptit dej.

Tout le monde m'attends à la porte du pré

 

"on a faim, on a faim, on a faim"

 

Puis, pendant que les juments mangent, je profite du spectacle

 

Jeudi matin, beau mais pas chaud .... (photo du telephone)

 

Dans le prés, les hêtes, chênes, châtaigners, merisiers font aussi leur show. Les feuillages sont superbes

 

 

 

Et puis parfois, il m'arrive de bricoller en attendant que les juments mangent. Le vent a déchiré la bâche qui protège le foin

 

J'en ai alors parlé au bistro où je bois un café le matin après être allé voir les juments et un papy m'a proposé des tôles neuves pour couvrir le foin. 5 € la tôle, j'ai pas dis non. Du coup, je file, il est presque 10 h et j'ai rendez vous au bistro pour récupérer les dites tôles puis les poser sur l'abri

Allez, hophophop, au boulot, même si le givre couvre le sol, bouger réchauffera et le foin sera au sec

 

Et demain ?

Jardin. J'ai des rosiers qui attendent dans leur carton, il faut les planter (oui encoooooooooooooooooooooore des rosiers)

 

A bientôt

 

Hélène

 

 


18/11/2017
4 Poster un commentaire