les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Un jardin, perché à 1 100 mètres d'altitude ?


Essais de plantation de fruitiers

Avec Nathalie, nous étions à l'arboretum de la Sedelle pour la fête des plantes et une conférence de D. Willery. Ceux qui comme moi, lisent et relisent "dingue de plante" suivent son blog (dans la liste des blogs à gauche) ou sa page Facebook n'ont pas fait de grosses découvertes durant les 3/4 de la présentation.

 

Il en fut tout autrement lors des échanges avec le public après qu'une dame aie posé la question du mode de plantation au Vastérival dont il est conseillé botanique.

 

 

Vous allez me dire, planter c'est facile : on fait un trou, on met les racines de la plante dedans, on rebouche, on tasse, on arrose et on admire le résultat de notre travail.

 

Bas oui mais non, pas au Vastérival.

Du temps de la princesse, des trous XXXL étaient réalisés. Le substrat était changé et adapté aux besoins de chacun. Les végétaux se sont développés et sont devenus adultes avec le résultat que l'on voit régulièrement dans des revues ou bouqins. Le truc, c'est que le Vastérival est en bord de mer. Et qui dit bord de mer + réchauffement climatique , dit : tempêtes de plus en plus fréquentes transformant progressivement ce fabuleux parc en mikado géant. Les grands arbres sont les plus soumis au vent et se retrouvent régulièrement au sol avec leurs mottes.  Ils ont utilisé leurs trous comme un conteneur dans lequel ils auraient poussés 30 ou 40 ans sans explorer le sol en place. La résistance à la sécherresse est également problématique car les sols normands sont argileux et compliqué à réhydrater en profondeur une fois sec.

 

 

Partant de là, il a fallut trouver une solution et D. Willery est aussi un grand voyageur.  Il va énormément en asie et chez les grands-bretons. Les modes de plantation y sont radicalement différent puisque les végétaux en conteneurs ou mottes sont tout simplement posés au sol et calé pour ne pas basculer. La clef de la réussite est de planter en fin d'été et d'arroser en cas de sécheresse automnale.

 

 

Le lycée où je bosse a une option maraichage et deux hectares de légumes sont cultivés. Les légumes feuilles et les légumes repiqués sont simplement posés au sol. Faire 500 trous pour des salades, c'est pas la même histoire que de planter un arbuste tout les 5 mètres ....

De même, il nous tous déjà arriver de voir un conteneur oublié dans un coin de pépinière dont le système racinaire a trouvé la sortie et c'est progressivement encré dans le sol. Alors, pourquoi pas ?

 

Image du net où on voit bien que les salades sont juste posées sur les bâches qui sont prépercées.

 

 

Aux Bruneles, il y a une partie réservée aux juments mais aussi une bande de 7 m de large par une cinquantaine de mètres de long que je plante progressivement de fruitiers. Pommiers, pruniers, pêchers et poiriers sont accompagnés de petits fruits ou de fruits secs.

 

La particularité du sol, c'est que c'est du gore donc du granit décomposé. Il y a plus de roche que de terre et quand je voeux planter il me faut une barre à mine, une masse, une pioche et un godet de crottin composté deux ans mélangé à de la terre de taupe. Une après midi par arbre en moyenne.

 

IMG_6395

Le gore soit  90 % de matière minérale plus ou moins grossière où était cultivé de la vigne. C'est très drainant et absolument pas nutritif. L'avantage c'est que j'ai vraiment très peu de boue aux bruneles, en revanche, l'herbe pousse très mal.

 

wikipedia le gore

 

 

 

L'année dernière, j'ai récupéré sur le tas de compost de l'école un cerisier mal en point que j'ai planté avec les autres fruitiers. Il est pas reparti et j'avais déjà prévu de le remplacer par un arbre en conteneur. En octobre, lors d'un de mes passages chez gam-vert pour y acheter mes croquettes de poilues "un arbre fruitier acheté, un arbre offert" soit 35 € les deux arbres. Voilà qui était parfait pour mon expérimentation. Les deux fruitiers sont plantés à 10 m d'éccart donc dans le même sol et ont été produit au même endroit.

 

Le premmier est planté "normalement", dans le substrat enrichi en matière organique mis en place au printemps, avec cuvette d'arrosage et tuteur

 

IMG_6396

 

IMG_6387

Le second cerisier à été planté selon la méthode présentée au dessus. A une nuance pret puisque j'ai quand même partiellement enterré la motte (environ 20 cm). Il reste donc largement 30 cm de motte hors du sol. Il est lui aussi en contact avec du substrat modifié puisqu'il y avait là, un tas de compost.

 

IMG_6390IMG_6391

Le mois de novembre ayant été particulièrement sec, j'ai arrosé les deux arbres de façon identique avec un bidon de 30 l / semaine.  Le premier arbre est facile à arroser et c'est quand même bien plus complexe pour le second. L'eau ruissèle sans rentrer dans le substrat de culture. En revanche, les deux arbres ont résistés de façon identique aux coups de vents de l'automne. J'attends le milieu de l'hiver pour constater un éventuel début d'enracinement du deuxième arbre et le printemps pour voir une différence de développement.

 

 

A bientôt, je file aux Bruneles. Nous sommes en pleins soleil, se serait dommage de rester enfermer et de ne pas en profiter

 

IMG_6651

 

 

Hélène

 


05/12/2020
10 Poster un commentaire

Les plantations de l'automne 2020 : malus, crataegus et sorbus

Voilà qui clos à peut prêt la saison des plantations. Il y a eu quelques fruitiers aux Bruneles et j'en profite pour tester le mode de plantation indiqué par D. Willery lors de sa conférence à la Sedelle.

Je vous montre ça la prochaine fois

 

Il y a depuis toujours au jardin, un alignement de pruniers. D'ailleurs, à Fraisses il y a des pruniers partout ou presque.

 

Le jardin à l'achat de la maison il y a un peux plus de 15 ans

 

 

 

L'alignement de pruniers est progressivement devenu la base du jardin du bas. Le massif c'est petit à petit étoffé, les rosiers ont grimpés dans les ramures, les pieds ont servi d'ombrage à des vivaces faciles et à des hydrangeas, des buis, des hellébores, de la monnaie du pape ......

 

Le massif des pruniers est le premier à gauche quand on passe le portail. C'est aussi le fond quand on est sur la terrasse au pied de la maison, sous le cotinus

 

 

Les prunes ont également été utilisées sous forme de tartes, compotes, confitures, crumble .... Deux variétés différentes ont été plantées. Des violettes que je transforme et des vertes bien juteuses que je mange fraiches ou que je congèle pour les utiliser dans l'hiver.

 

J'étais plutôt contente du résultat sauf que .... Le phellin du prunier est passé par là. C'est un champignon qui circule incognito dans le bois pendant des années puis, quand on le vois, c'est trop tard. Impossible de traiter l'arbre malade. Le bois est atteint et l'arbre condamné. 

 

J'en ai déjà coupé deux, et les deux derniers sont eux aussi malades. D'ici quelques années (5 ans max entre le moment où on voit les champignons et la mort de l'arbre) ils seront complètement mort.

 

 

Sauf que ce masif c'est la base du jardin. Je l'utilise comme filtre visuel, comme séparation de couleurs et d'usage, comme ombrage, comme support des rosiers ....

 

Depuis le printemps je cogite, je rumine, je fais chauffer les neurones. J'ai d'abord pensé enlever complètement l'alignement pour pouvoir voir jusqu'au fond du jardin et tout ouvrir.

Le 'truc' quand on a un petit jardin c'est de diviser le jardin en plusieurs espaces et agrandir le parcours. C'est se que j'ai choisi de faire avec trois espaces différents derrière les pruniers. Donc si j'enlève les pruniers, je perds des espaces et ce n'est plus lisible.

 

Bref, après pas mal de cogitations, j'ai choisi de replanter.

Oui mais quoi ?

Pas de pruniers, ni d'arbres à noyaux donc pas de prunus qu'ils soient à objectif d'écorce coloré ou de manger des cerises.

Les végétaux plantés devront avoir une floraison interessante, faire de l'ombre, avoir un joli feuillage et des fruits pour moi ou pour les zoziox, être rustique etne pas craindre la neige de mai . J'ai planté des pruniers aux Bruneles pour mon estomac au printemps. A Fraisses il y aura des fruits pour les zoziox.

 

J'ai finalement choisi de m'appuyer sur des végétaux déjà présent au jardin ou dans l'environnement immédiat du jardin et c'est avec une idée précise de se que je voulais que je suis partie à la fête des plantes de la Sedelle. Je savais que les jardins en marche y serai et ils sont collection nationale d'aubépines (il y en as sur les bords des chemins et au jardin) et ont une belle collection de malus.

je suis donc rentrée avec 3 malus, 4 crataegus et j'ai repiqué 2 sorbus (aria et domestica) des Bruneles

Ils sont volontairement plantés trop serrés car le but est que les branches s'entremêlent

 

J'ai donc planté

Malus hupehensis : h 7 m , Fleurs blanches-rose en mai et pommes rouges

 

malus hupehensis1
malus hupehensis3
malus hupehensis4

Malus indian magic : H 6 X 6 Fleurs rouge fin mars, feullage pourpre au printemps puis vert et orange à l'automne, fruits rouge orangés, écorce brune qui s'exfolie

 

malus indian magic2
malus indian magic3

 

Malus sieboldii qui est sauvage en chine. H 4 à 5 m, bourgeons pourpre, fl rose clair puis blanches à l'ouverture complète, fruit orange

 

malus sieboldii 2
malus sieboldii 3
malus sieboldii 4

Les aubépines sont toutes d'origine américaines, mesurent un peux plus de 3 m de haut, sont plus ou moins pourvues d'épines, de fruits commestibles et à feuillages colorés

 

Crategus asheii

 

crataegus ashei 1
crataegus ashei 2

 

Crataegus lavaleii

crataegus lavallei 1
crataegus lavallei 2

 

Crataegus prunifolia splendens

 

crataegus prunifolia splendens 2
crataegus prunifolia splendens 4
crataegus prunifolia splendens

 

Crataegus phaenopyrum

 

crataegus phaenopyrum 2
crataegus phaenopyrum 4
crataegus phaenopyrum 5

 

 

Bonne journée, profitez bien du soleil même si, comme ici c'est un peu le retour du froid (-4 ce matin)

 

Hélène


22/11/2020
8 Poster un commentaire

Les plantations de l'automne 2020 : les arbustes, vivaces et graminées

Lors de mes ballades horticoles de l'automne voir de l'été, je suis revenue avec quelques trésors. L'avantage avec la bretagne, c'est que nos climats sont tellements incompatibles que le choix est vite fait. Mais, car il y un mais, je suis passée par les pépinières Lepages et là ...... heureusement que j'avais pas de place dans le fiat et que le jardin, déjà pas très grand (800 m²) est déjà bien planté.

 

Je suis quand même revenue avec deux conteneurs et 5 godets. 

3 godets étaient occupés de graminées : la molinia arundinacea 'pont de cée' qui est une obtention de chez Lepage aux épillets très serrés et très noirs.

Ils forment dans le jardin de la pépinière un écran tout en transparence que j'ai vraiment particulièrement aimé. Au jardin, je l'ai mis le long de l'allée qui mène au massif bleu-citron

 

IMG_4505

 

Autre trouvaille les croscomias orange bien pétant. Il y en as absolument partout en bretagne, avec les agapanthes ils forment un duo des plus vitaminés. Il est planté en compagnie de graminées et d'euphorbes de corse en sol drainant le long du four à paim.

 

IMG_4672

 

Dernier godet : le thulbagia. Idem, il y en absolument partout, sur les ronds points, les talus secs, entre les blocs de granit ... Seul hic, il est absolument pas rustique chez moi. Comme il a les même exigences que les agapentes, il les a rejoins dans leur gros pot et sera rentré cet hiver.

 

File:Tulbaghia violacea kz1.JPG - Wikimedia Commons

 

Deux conteneurs accompagnaient les godets. Un "classique" et un plus inhabituel ou du moins que je ne connaissais pas.

 

Le classique est un hydrangea arborescens. Oui mais c'est "heays stardust" soit tout le contraire de la classique anabelle et autres inflorescences en forme de boules plus ou moins énormes et teintées de rose. Celui là est blanc et les fleurs ressemblent presque à un serrata. Tout en légèreté même si elles sont doubles.

 

 

Dernière trouvaille : Rhododendron. Rhodo = grosses feuilles bien vertes, fleurs comme des ballons de foot et arbuste énorme. Bas oui, mais pas lui. Je l'avais croisé au jardin de Pelinec ou les rhodo sont associés à d'autres végétaux incompatibles avec mon climat ....

 

IMG_3712

 

C'est le rhodo yakushimanum "patricia".

D'après le pépiniériste, il peut être planté au soleil, sauf que le soleil breton et le soleil ligérien (même de septembre) ne semblent pas comparables. Après quelques jours dans le jardin du haut, les feuilles ont montré des signes de bronzage excessif et je l'ai déménagé à la mi ombre.

Ces Rhodos sont petits : 1.5 X 1 environ, ont des feuilles étroites vert très foncé. Patricia devrait fleurir en avril dans un coloris framboise.

 

Autre ballade d'automne : La creuse :  mais aussi là et la fête des plantes de la Sedelle

 

IMG_5713

J'avais cette fois bien prévu des achats de petits arbres et quelques arbustes car je savais que les pépiniéristes seraient présent. 

 

Je suis donc revenue avec un lespedeza thunbergi qui forme à l'école sune fontaine de fleurs mauves à partir de la rentrée.  Etant limite en rusticité, il est protégé des vents froid, dans le jardin du haut où il est censé alléger la forte silhouette du cotoneaster taillé et se marier avec les asters et anémones.

 

 

Seconde trouvaille (et à priori c'est une rareté) un berberis à feuillage persistant en provenance de la  pépinière des avettes

 

Le berberis yingingensis. Petit développement mais épines redoutables

 

IMG_6380

 

Feuillage persistant, feuilles toutes en longueurs et arbuste relativement bas (1.5 m) et à croissance lente, couverte au printemps de fleurs crèmes.

 

IMG_6378

 

Le dernier n'était lui, pas prévu. ça fait un moment que je lorgne dessus sans jamais le croiser ou alors a un prix incompatible avec mon budget. C'est le forthergilla major.

 

IMG_6283

Voisin des hamamelis, il a les mêmes exigences, soleil-mi-ombre, feuillage caduc ultra coloré, sol acide et frais. Là aussi c'est un arbuste à développement modéré et à croissance lente. Il fleurit en mars-avril en écouvillons  crèmes là aussi.

 

 

Particulièrement précieux car c'est un semis de l'arboretum (vendu 5 € ...) il est pour l'instant planté en pot.

Conseils de plantation ici

 

Et pour le reste ? Et bien ce sont majoritairement des arbres qui ont été plantés avec pour point commun d'avoir un feuillage coloré, une floraison remarquable et des fruits. Je vous les présente la prochaine fois mais je peux déjà vous donner deux indices : la grange aux érables et jardin en marche

 

A bientôt. Il fait un temps superbe, il me reste quelques stères de bois à rentrer et à finir de tenter de domestiquer le rosier wedding day qui est de plus en plus énorme !!!!

 

IMG_3060

 

Hélène


15/11/2020
5 Poster un commentaire

Le jardin fin mai 2/3

Le jardin est divisé en plusieurs espaces.

Voici le jardin du bas.

 

Accessible depuis la rue et qui donne sur la cuisine. Ouverte aux chiennes, il est prioritairement planté d'arbustes, de vivaces faciles, quelques bulbes et de rosiers. 

 

C'est la partie la plus ancienne du jardin. Certains végétaux comme l'énorme cotinus pourpre, le lilas, la haie le long des voisins ou les pruniers étaient là avant moi. Les floraisons s'y enchainent toute l'année car c'est un lieu de passage quotidien

 

 

Vue depuis la rue : impasse du vieux fayard, sauf que c'est un énorme érable qui est à l'origine du nom .... De gauche à droite : un sureau, un rosier liane rose, le liquidambard (régulièrement recépé par la neige) dans lequel grimpe le rosier Cecile BRunner et un physocarpus énorme et couvert de fleurs

 

IMG_1330

 

IMG_1329IMG_1333IMG_1334IMG_1335

 

 

 

 

 

 

 

Quand on pousse le portail et qu'on regarde juste en face de nous : l'énorme boule de neige, le viburnum plicatum lanarth, des rosiers et une invasion de géraniums vivaces

 

IMG_1327

IMG_1228IMG_9829
IMG_1229IMG_0106
 
 
 

Dans les pots bleus : du côté du lila l'acer shirawasanum offert par Agustin il y a des années qui rejoindra la pleine terre cet automne.

Dans le second pot le corylus colurna pourpre de Maurice Laurent (il rejoindra lui aussi à terme la pleine terre) de la sauge qui passe son premier hiver, de l'armoise rampante, du bugle tricolore du diascia rose

 

IMG_1306
IMG_1308
IMG_9841
IMG_9625

 

Le massif du lilas est temporairement en pause mais les rosiers ne vont pas tarder. Seul Blanc double de coubert offre ces roses de papier de soie

 

IMG_1300

Pareil sur le pignon. Gyslaine de Féligonde et Félicité et perpetue sont couvertes de milliers de boutons. Patience, patience

 

La couleur pourpre est assurée par le Cotinus cogigria pourpre. Je crois pas en voir vu d'aussi gros. Il est régulièrement taillé par la neige mais il redémarre à chaque fois. Le rosier inermis tente l'escalade

 

IMG_1216
IMG_1282
IMG_1293

A son pied quelques pots et le portillon d'accès au jardin du haut.

Des géraniums qui attendent de rejoindre leurs nouvelles résidences mais aussi d'anuelles ou dans le gros pot gris un hydrangea et un pierris panaché qui fleurit rose

 

IMG_1299
IMG_1303
IMG_1304

 

 

Et puis quand on repars vers le portail : le massif des pruniers (condamnés car atteints par des champingons) planté de rosiers, hydrangeas, buis et géraniums macroryzum en majorité. J'y ai fais "un trou" permettant de voir le massif jaune et l'extrémité du massif est rdu rose du kolwitzia

 

IMG_1234

 

IMG_1221
IMG_1283
IMG_1285

Et puis sur la gauche, la lumière

Ronce de Fred, buis boule, Fenouil bronze de Pascale, Viburnum plicatum shasta (ou cascade les deux ont été planté et j'en ai perdu un) potentille, alchemille et rosier. Au fonde le physocarpus du portail

 

IMG_1230
IMG_1316
IMG_1317IMG_0113
 
IMG_9726
IMG_1320
 

IMG_0159

 

Bonne journée , je file à l'école

 

IMG_1337

Hélène


03/06/2020
3 Poster un commentaire

Le jardin fin mai 1/3

Lors du dernier article ( La roseraie des prairies ) j'avais promis des photos du jardin. Voici donc une série de trois articles à base de photos prises en ce lundi de Pentecôte. Il est pas 8 h quand je fais les photos. Je suis accompagnée de ma tasse de café et d'un jeune rouge queue fraichement sorti du nid.

 

Les rosiers s'ouvrent à peine et la pluie de mai a fait prendre de la hauteur à pas mal de vivaces et je m'initie au slaloom de tondeuse dans le jardin du haut. Le cornus kousa satomi du jardin du haut est couvert de fleurs qui rosissent progressivement. J'ai bien avancé sur le chantier en cours (le bleu arrive au jardin), il me reste à redonner vie au banc bleu dont les planches de l'assise ont pourrit.

 

Dans ce premier article : le jardin du haut.

Bonne ballade

 

Le massif du poirier : armoises, clématite vivace pourpre, alchemille, marguerites annuelles (d'où le slaloom ....) géraniums vivaces, knautia et rosiers

 

IMG_1254

IMG_1251

 

IMG_1157

 

IMG_1159

 

IMG_1160

IMG_1155

 

Juste à côté, dans l'angle. C'est bleu et blanc mais le rose ne va pas tarder à arriver. Iris, centauré, oreille de souris, corydalis, nepetas, narcisses, géraniums vivaces, marguerites annuelles et un reste de monnaie du pape

 

IMG_1188

 

IMG_0536

IMG_9864

On continue sur la gauche : viburnum plicatum pink beauty, spirée betulifolia thor gold, wegelia panaché, cotoneaster taillé, cornus kousa satomi, hydrangeas, et en toile de fond le rosier wedding day. Au pied un méli-mélo de vivaces

 

J'ai coupé les dernières fleurs du syringa microphylla hier

 

IMG_1265

 

IMG_1172

 

IMG_1166IMG_1167

 

IMG_1168

 

Le même massif le weekend dernier: syringa microphylla, bruneras, spiraea

 

IMG_9773IMG_9866

 

 

Celui qui est couvert de fleurs et qui sera la star du jardin dans les jours et semaines à venir. Avec la voute de fleurs blanches de wedding day, ça devrait être sympa

 

IMG_1260

 

IMG_1180IMG_1190

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1189

En face au pied du lonicera fragantissima qui se couvre de fruits : violas cronuta, narcisses, thuyas boule, lavandes, sauge, gaura, corydalis à feuillage pourpre, tiarelle, rosiers

 

IMG_1170
IMG_1175
IMG_1183

On continue et on arrive juste en face de la pergola. Le banc est debout car les planches d'assises sont pourri et je ne veux pas prendre le risque de m'y assoir avec ma tasse de café.

Amélanchier, cornouiller panaché, rosiers, clématites, hellébores, pivoine, iris, géraniums, épilobes, magnolia, asters, astrances ......

 

IMG_1197

 

 IMG_1264

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1280

 

IMG_1200IMG_0513IMG_0514

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et quand on poursuit on arrive le long du four à a paim

Lavandes, santolines, poiriers, pommiers, miscanthus zebrinus, rosiers, géraniums vivaces, euphorbes, sédums, sauges, gaura, oeillets ....

 

IMG_1198
IMG_1206
 

 

Et si on continue, on arrive au portillon du jardin du bas.

Rosier Mme Issac Carrière et inermis issu d'une bouture.

 

IMG_1269

 

Bonne journée

 

IMG_1271

Hélène et le oisillon rouge queue


02/06/2020
3 Poster un commentaire