les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Dans le rétroviseur Mars 2016

Vue le beau temps, Marie Claude nous propose de nous replonger dans les photos du printemps.

Dehors, c'est la tempête. Le vent souffle fort, très fort, il ne fait pas chaud et je suis toujours perchée sur ma paire de béquilles.

Balader ma sourie dans les photos du presque printemps est donc une parfaite occupation.

 

Ma photo favorite :

C'est la fin du mois, le soleil brille, il a fait fondre la neige et les bulbes sortent leurs nez.

 

 23.jpg


La mosaïque du mois :

En début de mois, le jardin sculpté par la neige, le gel et le givre

 

mosaique 2.jpg

 

 

Et après un rayon de soleil quand la neige fond

 

mosaique.jpg

 

 

Associations :

 20.jpg

 

Iris reticulés, crocus, perces neiges et pensées

 

Découverte, visite :

 

decouverte.jpg

 

Leucojum ou niveole  qui ressemble aux perces neiges mais en beaucoup plus grand.

 

Déception :

 

1.jpg

Les rats taupiers qui font leurs déjeunez avec les racines des hydrangeas

 

 

 

Travaux aux jardins :

Que faire quand le soleil brille et que la neige a fondu ?

La sieste pardi même si la température dépasse pas forcément les 0 °C

 

travaux au jardin.jpg

 

 

 

Et quand il neige, on fait des tas

 

 20.jpg

 

Le paysage du mois

 

 21.jpg

 

et puis comme elle occupe une grande place dans ma petite vie et qu'elle est elle aussi en morceau, voici ma jument : Longlette que le froid incite au jeux

 

5.jpg

 

 

Bonne journée.

Je m'en vais visiter vos blogs et profiter de vos fleurs de printemps

 


20/11/2016
5 Poster un commentaire

Poussons le portail

Alors que j'étais en Haute Loire pour cause de manque de mobilité j'ai pu voir plusieurs présentations des alentours de jardins.

J'avais alors dans mes commentaires laissés sur les blog annoncé que j'en ferai autant.

 

Voilà plusieurs jours que je suis de retour chez moi. Aujourd'hui le ciel est bleu même si il fait froid et l'assistante ménagère est venu pour la première fois. Elle a entre autre passé la serpillère et je suis donc dehors. J'ai commencé par bouquiner au soleil, puis j'ai pris l'appareil photo.

 

Je vous propose donc de profiter du soleil et découvrir le hameau de l'autre côté du portail

 

29.jpg 27.jpg

La principale caractéristique du hameau est sa petite taille et la présence d'un paysage permis par l'altitude puisque nous sommes au dessus de 1 000 m. La vue est sur les monts du Lyonnais, le Pilat et enfin le Mont Blanc les jours de beau temps.

 

5.jpg

La vue dont je profite chaque jour en partant du hameau

 


7.jpg

13.jpg

Comme il fait beau, les Alpes et le Mont Blanc sont parfaitement visible derrière les monts du Lyonnais


19.jpg

Un autre point de vue, celle là en quittant le hameau par la route "du haut"  avec la vue sur certains habitants qui finiront en bocaux de pâté ou saucissons

 

Mais le lieu dit n'est pas qu'un paysage, ce sont aussi des maisons, des détails architecturaux, du petit patrimoine .....

 

17.jpg

 

33.jpg

 

Des lieux de rassemblement comme le terrain de pétanque, juste de l'autre côté du muret au bout de mon jardin

 22.jpg

Le lieu de rassemblement des plus jeunes : balançoire en été et création d'iglou dans les tas de neige en hiver stockés au carrefour

24.jpg

 

L'entrée du village par laquelle on arrive depuis le village situé quelques kilomètres plus bas

2.jpg

 

 

Et comme le hameau continu de se développer trois maisons neuves dont celle de ma voisine immédiate (en bois)

 23.jpg

 Pour ma part, ma maison est à la sortie du hameau. Juste avant la maison en bois que l'on voit depuis mon jardin

30.jpg

 

Quand on sort du jardin et qu'on tourne à gauche, le mur de mon jardin, l'énorme érable et sur la droite, le prés dans lequel devrait être les juments en cette période et l'un des nombreux chemins qui partent à travers les hétraies qui nous entourent (la photo de droite date du début octobre)

 

32.jpg 9.jpg

Et maintenant, comme le soleil décline, que le sol est sec et que le thermomètre descend lui aussi, je vais aller m'installer le dos au poêle avec un thé bien chaud

 

A bientôt

 

 

 

 


15/11/2016
0 Poster un commentaire

Dame nature me surprendra toujours

Etant clouée sur ma chaise pour cause de double fractures de ma jambe gauche, je m'occupe.

 

Je m'occupe les mains et le cerveau en faisant de la bourrellerie. Je fais actuellement une paire de sacoches en cuir et j'ai réalisé une petite pochette pour ma frangine.

 

1.jpg 2.jpg
3.jpg 4.jpg

 

La bourrellerie est un loisir hivernal pratiqué depuis quelques années et a l'avantage de pouvoir se faire assis et de m'occuper à la fois les mains et le cerveau se qui n'est pas plus mal vu l'état de Longlette. Le diagnostic complet du véto est arrivé en même temps que le mien et nous sommes toutes les deux en morceaux. Tête d'articulation en miettes pour elle et deux malléoles pour moi (sur les trois possibles) plus quelques soucis de ligaments dont celui qui lie le peroné au tibia. C'est pas idéal mais au moins, moi, ma vie n'est pas en jeux.

 

Je passe aussi pas mal de temps sur les blogs et j'ai fais plusieurs découvertes. Je vous montrerai d'ailleurs les alentours du jardin dès que ma mobilité me le permettra.

Le reste du temps, je le passe a faire des mails et courriers aux différentes assurances, lire et ranger des photos.

 

Au printemps, Ma-Fi "jardinait" à sa façon et transformait le massif jaune en  champ de mines  ou en territoire gaulois après le passage d'Attila roi des Huns

 

IMG_4616.JPG

 

Bref, mon jolis massif, pleins de promesses, planté à l'automne précédent était pour ainsi dire défiguré; à la limite de la disparition. J'ai alors rebouché les trous et l'entrée du tunnel sous la grange et placé un grillage à poule vert au sol.

J'ai ensuite attendu de voir ce qui voulait bien repartir et même tenté de limiter l'expansion du lamier panaché tout heureux d'avoir de l'espace a coloniser.

 

Fin juin, le massif ressemblait à ça 

 

  100.jpg 101.jpg

Les graminées sont déplumées mes les rosiers redémarrent du pied, les buis et le thuya ont été épargnés.

Les fougères, hostas, brunera, sanguisorbes, fenouils, poirés et potentilles ont soit disparu soit en très mauvais état mais montrent des bourgeons.

 

Courant juillet, le redémarrage des rosiers se confirme et je vois apparaitre une première rose à la fin du mois. Pareil pour les potentilles et fougères qui émettent des pousses. 

Le miscanthus morning ligth offert par Mme Zeph et le Budleya nain sont en revanche déclarés décédés et remplacés.

 

1.jpg

 

Aout est un mois particulièrement chaud et le massif jaune est l'un des rare que j'arrose régulièrement. Les autres plantes ne sont arrosées qu'en cas de besoin car j'utilise l'eau de la cuve (10 000 l)  et le niveau baisse dangereusement. Les températures baissent cependant avec l'arrivée du mois de septembre, le massif reprends vie et les remplaçants s'installent.

 

Voici donc quelques images prisent du massif en ce mois de septembre. Il y a encore de la marge mais c'est quand même nettement mieux

 

Vues globales

 

4.jpg5.jpg

9.jpg

 

Depuis la pelouse vers la clôture avec la potentille jaune beurre, la symphorine panachée et le viburnum de Mr Mo qui n'ont pas été touchés au printemps

13.jpg

Et une vue dans l'autre sens, prise les deux pieds sur le couvercle de la cuve de récupération d'eau enterrée juste là.

 

 

Détails de feuillages qui était l'idée de base du massif

 

1.jpg 7.jpg6.jpg

 

Fougères, alchemilles  et boules de buis


2.jpg

 

Fougère, boule de buis, lamier panaché et galopant, rosier Anisade de Meilland


3.jpg

 

Ronce dorée offerte par Fred du jardin du Mayet 



10.jpg

 

Le rosier offert par une amie fille d'un célèbre rosiériste en hommage à mon grand père. A fleurs simples, il s'ouvre jaune pour faner presque blanc. Autant dire que j'y suis attachée car je ne le retrouverais pas dans le commerce.


11.jpg

 

La potentille beurre et la symphorine panachée de Mr Mo

 

12.jpg

 

Une bien belle "mauvaise herbe" qui bouche les trous et que je coupe au fur et à mesure que les fleurs fanent.

 

 

Il devait y avoir au printemps, une colonie de crocus, narcisses et tulipes mais je doute de pouvoir en planter et je ne suis pas certaine que les bulbes en place soient toujours présent.

Auront ils été épargnés par Ma-fi ? A quoi ressemblera le massif au printemps ?

 

Comme pour ma jambe, patience, patience.


02/11/2016
8 Poster un commentaire

Qui se ressemble, s'assemble

J'avais laissé le clavier avec l'annonce de l'éparvin d'Untuition.

Depuis, il c'est passé pas mal de choses. Des agréables comme des moments difficiles avec un certains enchainement de moment difficiles à vivre.

 

Le premier a été le 21 aout au soir puisque "Mamy-Terry" est partie dans mes bras. Je voulais initialement lui dédier un article spécifique mais je n'en ai pas eu la force. Elle est partie dans mes bras, le calme et mes larmes. Elle était mon amie depuis 16 ans. C'était mon ombre, toujours dans mes jambes. Son départ a été dur à vivre, je l'ai accompagné du mieux que j'ai pu d'autant plus que le matin de son départ, mamy était en forme.

 

1.jpg

Avec sa cops cracra ou mon ourse brun

 

Le lendemain, décidant que rester à pleurer ne servirai à rien, je partais en course avec Bohème sur 40 km. Il a plu à seaux toute la journée. Nous étions à essorer à peine avions nous passé 5 minutes en selle, alors trois heures .....

On a donc pataugé toute la journée, galopé dans les flaques, trotté dans la boue en cherchant à ne pas tomber à chaque foulée ou presque.

 

2.jpg

Quelques centaines de mètres après le départ

 

Le mois de septembre a ensuite été passé majoritairement à cheval. 2 à 3 sorties de 2 heures en semaines et deux sorties de 4 à 6 heures le week-end. Croyez moi, ça occupe ....

Les sorties ont permit d'entrainer Bohême en vue de la finale du championnat de France Jeunes Chevaux d'Uzes 5 ans et valider le traitement du jarret d'Untuition.

 

Mi septembre, est arrivé Oustao, un joli poney Camargue propriété de Pauline ma colocataire de prés. La rencontre avec Bloudie c'est parfaitement passé. Moins celle avec Longlette puisqu'il y a eu bagarre générale pendant plusieurs minutes. Voyant que ma jument ne posait pas le pied presque une heure après la fin des hostilités, j'ai décidé de l'emmener chez mon vétérinaire. Il a alors posé des agrafes sur la plus grosse plaie et l'a hospitalisé pour éviter toute infection. Il a bien fait car vendredi dernier, les plaies n'évoluant pas comme il le voulait, il a fait des radios et le verdict est tombé :

 

FRACTURE DU JARRET

 

La calcaneum est heureusement un os qui ne porte pas de poids car sinon je n'aurai tout simplement plus de Lonlon et ça ...... jocker.

L'os est cassé en plusieurs morceaux dont certains tout petits.

 

eparvin.jpg

 

La première étape consiste a traiter l'infection faite par les petits bouts d'os. La plaie, initialement peu importante a été agrandie pour permettre de nettoyer et d'évacuer au maximum l'infection. La prochaine étape sera la cicatrisation de la plaie puis la calcification.

 

La jument est pour l'instant plâtrée en partie basse pour l'empêcher de poser le pied au sol et la partie "plaie" est couverte par un pansement régulièrement refait. Une fois la plaie cicatrisée, elle sera plâtrée du bas du sabot jusqu'en haut du membre. Je la récupèrerai à priori en décembre et elle passera l'hiver au boxe. On est partit pour 6 à 8 mois de soins. Je ne cache pas que la semaine dernière, j'étais particulièrement inquiète et obnubilée par la santé de ma juju. Les derniers appels du véto sont positifs, elle réagit bien au traitement, supporte d'être attachée pour ne pas qu'elle se couche et la fièvre diminue. Donc, je garde espoir.

 

Ce week-end l'objectif de la saison était dans le viseur. Je le touchais même puisqu'à 7 h 15 pétante, je prenais le départ de la finale nationale avec Bohême. 61 km de piste nous attendaient. J'étais sur mon nuage, ou plutôt mon avion vue la vitesse à laquelle nous avons parcouru la distance. L'année dernière j'étais piétonne (je venais d'avoir mon accident de voiture) mais cette année, c'était à mon tour de courir.

 

photo sourire 1081.JPG

 

61 km au trot et au galop sur  de superbes pistes au milieu d'une carte postale d'oliviers, de figuiers, chênes verts, vignes, maisons de pierre blanche  et soleil levant.

Serge, se charge de l'assistance d'une main de maître. Il gère parfaitement la chose et grâce à sa belle foulée de coureur à pied, Bohème obtient le point allure en plus du point

vitesse.

1.jpg

 

Alors pourquoi ce titre ?

Longlette a le postérieur droit dans le plâtre et moi ?

Le pied gauche. Bas oui, qui se ressemble s'assemble.

 

FRACTURE DU TIBIA ET ARRACHEMENT LIGAMENTAIRE EN INTERNE ACCOMPAGNE D'UNE ENTORSE EN EXTERNE mais ça, c'est du détail.

 

En descendant de cheval, le pied qui arrive au sol tourne vrille et paf, me voilà par terre.

Le diagnostic est tombé dimanche un peu après minuit.

Avec Lonlon, nous voilà dans la même situation, une jambe dans le plâtre.

 

2.jpg

 

Je suis pour l'instant cloîtrée à l'intérieur car ma dextérité avec les béquilles est assez limitée, il pleut et l'eau n'est pas le meilleur ami du plâtre.

Je récupère une résine dans 4 jours et partirai alors en Haute Loire. La maison y est de plain-pied donc les risques de chute sont moindre et je ne serai pas seule. J'ai la chance d'avoir de super voisins et de nombreux amis qui ont prit en charge Bohème et Untuition ou qui viennent me rendre visite mais ce n'est pas comme d'être entouré en permanence.

 

Le jardin c'est très bien débrouillé sans moi l'année dernière donc il en sera de même cette automne. Je vais pouvoir rattraper mon retard en lecture de blog, faire des découvertes et finir la paire de sacoches en cuir commencé au printemps mais que je n'ai pas eu le temps de finir.

 

A bientôt, ici ou sur vos Blogs

 

Hélène


14/10/2016
4 Poster un commentaire

Fin de saison pour Untuition

Au printemps, j'avais décidé de confier Untuition à une jeune cavalière.

La jument n'a plus rien à prouver sur 80 km puisqu'en trois courses, elle fait deux podiums en 2015.

Il était temps de passer au stade supérieur et comme je n'ai pas les qualifications pour le faire, autant faire plaisir à un jeune.

 

Après quelques temps de recherche, j'ai fais la rencontre d'Oriane jeune cavalière de Rhônes-Alpes régulièrement classée en courses internationale et à quelques kilomètres de l'école où je travaille. 

 

Sauf qu'au lieu de courir sur 120 km elle n'en fera que la moitié.

La jument n'était pas dans son assiette, trop calme, pas forcément en état alors que correctement nourrit, avec des petits bobos qui guérissent pas comme il faut et toujours un problème ostéopathique sous-jacent.

 

J'ai donc récupéré Untuition quelques jours après sa course de St Nizier De Fornas (où elle finit seconde) et prends rendez-vous chez le véto.

Il fait une prise de sang dont les résultats montreront de l'Anaplasmose qui est une intoxication du sang transmise par les tiques.

 

Comme elle était pas top de top lors du contrôle véto final de St Nizier et qu'il y a un problème de musculature sur une fesse et donc un possible problème ostéo, on décide de faire des tests de flexion (on plie le membre le plus longtemps possible et on part au trot juste derrière  pour voir si il y a boiterie) et rechercher la cause de cette raideur de postérieur.

Avec le véto, on y passe plus de deux heures et pour finir il fait des radios.

Le problème est alors vite identifié.

Eparvin .....

 

C'est quoi ça de l'éparvin?

L'éparvin est une hyper-calcification des petits os du jarret et forcément, ça fait mal.

Le jarret correspond à notre cheville et est pleins de petits os. C'est lui qui permet la mobilité du bas du membre.

 

tuitui.jpg eparvin.jpg

 

Vue comme la calcification est développée, ça doit faire un moment que le problème est présent. Dans le cas d'Untuition ça pourrait venir de son mode d'élevage et d'une alimentation pas adaptée à son âge en période de croissance. Nous l'avons récupéré sauvage (au vrai sens du terme .....) à trois ans et les causes cévenols ne sont pas réputés comme très nourrissant.

 

Le traitement consiste à souder les os entre eux (les petits plats, au milieu de l'articulation) par une infiltration.

 

L'anaplasmose est également à soigner. Cure d'antibiotiques en intraveineuses trois fois / jours en boxe stérile car l'immunité est complétement anéantie. Cette maladie est assez rare et n'a pas de vrais symptôme contrairement à une pyroplasmose par exemple.

Les symptômes sont :

- fatigue

- manque d'état

- plaies qui ne guérissent pas correctement

- taux de globules rouges trop important dans le sang.

 

La maladie est rare, sauf que cette année, il y a eu beaucoup plus de cas. Le traitement était donc en rupture de stock.

Il nous a fallut attendre Aout pour disposer du produit et nous avons ensuite attendu que la chaleur diminue un peux pour hospitaliser Untuition.

Elle a alors passé 10 jours enfermée dans un boxe, sur sol plastique, en tête-à-tête avec un filet de foin, sans mettre le nez dehors.

Autant dire qu'elle a pas vraiment aimé ....

 

Je l'ai récupéré fin aout pas vraiment en état, complètement démusclée  et épuisée.

 

tuitui 2.jpg

 

Depuis son retour, je la soigne chaque jour et elle reprends de l'énergie chaque jour un peux plus. Elle c'est déjà bien remplumée et les côtes ne sont pour ainsi dire plus visibles.

 

Le véto est passé la semaine dernière faire des radios de contrôle.

Il est confiant, la calcification prévue est en train de se faire et elle a de nouveau l'oeil vif.

Untuition recommence à rimer avec dragon et ça, c'est bon signe.

Elle est toujours en phase de repos et reprendra très progressivement le travail.

 

On va commencer par une à deux sorties d'une à deux heures au pas voir avec un peux de trot, sans forcer, juste pour continuer à mobiliser l'articulation et lui permettre de se remuscler. Le véritable entrainement en vue de reprendre sa carrière en endurance est prévue pour le printemps.

 

J'espère la monter en course sur 60 km et qu'elle puisse repartir en international en 2017 peut être à nouveau sous la selle d'Oriane car la jument s'entendait vraiment bien avec sa jeune cavalière. Et puis, si elle n'arrive pas a finir une course d'endurance, soit elle nous fera de jolis poulain (son modèle plait beaucoup et elle a de belles performances)  soit on fera de la ballade-rando-trec car c'est pas une jument a laisser inactive.


09/09/2016
1 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :