les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Piège à chenilles processionaires , la suite

Cet automne, je vous présentais la fabrication de pièges à processionnaires du pin. http://les-cavaliers-du-haut-forez.blog4ever.com/fabriquer-un-piege-a-chenilles-processionnaires-du-pin

 

Depuis, ils ont légèrement évolué. La ficelle bleue se détends avec le vent et les mouvements des bouteilles. Je les ai donc remplacé par des sandows.

De même, les arbres étant irréguliers, afin d'avoir une bonne étanchéité, j'ai scotché les systèmes aux écorces. Les chenilles ne sont pas bien grosses et profitent du moindre espace pour partir en ballade et rejoindre le sol.

 

Aujourd'hui, les pièges ressemblent à ceci

 

 

 

 

Voici le résultat obtenu ces derniers jours :

 

 

 

 

Certaines bouteilles ont récupérées l'eau de pluie. Les chenilles qui y ont attéris sont donc mortes noyées alors que les bouteilles avec uniquemnt de la terre, sont "bougeantes".

 

Tous les arbres ne sont as protégés (je manque de bouteilles) et les arbres des voisins ne le sont pas du tout. Voilà donc ce qui se balladait au sol ce weekend

 

 

 

 

 

J'ai donc passé une partie de mon weekend a écraser ou bruler ces satanées bestioles. Si vous le faites, protégez vous de façon complètement étanche et en utilisant ciré, bottes, pantalons de pluie, gants, masque et scotchez les éléments entre eux. Les poils sont microscopiques et particulièrement urticans.

 

C'est le printemps, profitez en pour partir en ballade mais regardez ou vous mettez les pieds (et surveillez vos compagnons à 4 pattes) car ces animaux sont loin d'être inofensifs.

 

A plus

 

Hélène

 

 

 

 


22/03/2017
2 Poster un commentaire

ça bosse

Avec le soleil, la bêche et les outils sont de sorti

 

Le travaux dans la grange ont repri avec la pose de l'étanchéité du balcon. La couleur papier d'alu disparaitra sous un coup de peinture puis la pose d'une terrasse en bois. Le garde corps sera un modèle forézien du XVI°  récupéré sur une maison à quelques kilomètres d'ici. La pose des cloisons devrait également reprendre par un artisan spécialisé.

 

 

 

De mon côté je n'ai pas chaumé non plus.

Depuis 7 ans, j'avais un grand pré à moins de 50 mètres de la maison. Ce pré m'était prêté contre entretien par un voisin qui utilisait le centre pour cultiver des pommes de terre, faire du foin puis élever quelques moutons. Cet été, ce monsieur est décédé. Sa soeur, qui est la propriétaire, m'a demandé de quiter les lieux pour refiler le terrain à mes voisins agriculteurs. J'ai eu beau plaiser ma cause, rien à faire. Du balais les chevaux .....

Je me retrouve donc sans terrains à proximité de la maison alors que j'ai trois boxes dans la grange.

La seule solution actuellement possible , en cas de besoin est de mettre les juments dans le potager. C'est pas bien grand, mais j'ai pas d'autre choix.

 

Le hic c'est que le potager était planté d'arbres fruitiers, de petits fruits et qu'un long massif d'arbustes et de rosiers le séparait de l'abri à bois.

Les floraisons étaient principalement estivales mais il y avait aussi une bonne centaine de bulbes de narcisses, des arbustes à feuillages, des graminées, rosiers et légumes.

 

 

 

J'ai donc passé une bonne partie de mon samedi a transplanter les végétaux de ce massif que j'ai déplacé devant la petite haie de troëne qui fait la séparation entre le jardin "du bas" et le potager. Juste derrière, sur la droite, l'abri à bois.

 

Avant les plantations

 

 

et après

 

Le massif n'est pour l'instant pas très fleuri mais j'ai tenté la transplantation des bulbes et ils semblent ne pas montrer de défaillance. Résultat dans quelques jours à priori.

 

Il y avait également dans le potager des arbres fruitiers et des petits fruits.

Le pommier et le poirier ont eux aussi déménagés. Ils sont maintenant au bord de la terrasse et ont été en parti palissé (c'était prévu à leur emplacemet d'origine). Leurs trons seront noyés dans les nepetas, rosiers, géraniums phaeum et iris déjà en place.  Le pomier est pour l'instant en U et devrait je l'espère pouvoir être formé en double U et le poirier est en cordon bas car il y a juste au dessus de lui un treillage qui m'enpêche de lui donner de la hauteur.

 

 

Il me reste a déplacer les petits fruits (groseilles, cassis, myretilles, fraises et mures) et les graminées du massif d'arbustes et a poursuivre le démontage de la clôture des juments mais mon pied gauche donne de sérieux signes de désacords et m'impose de prendre mon temps et profiter du printemps qui montre le bout de son nez

 

 

Passez une bonne journée et profitez bien du soleil et des jours qui s'allongent. Moi, je retourne dans mon transat, au soleil, un bouquin dans une main, une tasse de café dans l'autre alors que des éfluves de daphnée commencent à me chatouiller le nez.

A bientôt

 

Hélène en mode glandouille forcée.

 

 


14/03/2017
2 Poster un commentaire

Comme une envie de printemps

Depuis quelques jours, j'avais envie de printemps.

Envie de couleurs, de jonquilles, de primevères de couleurs, de feuillages, de bulbes

Envie de jardinière de printemps.

 

 

Vendredi, en allant au marché, mon primeur vendait des bisanuelles en mottes et emballées dans du papier journal pour trois fois rien.

J'en ai profité pour acheter quatres barquettes de couleurs que j'ai complété de petits pots de bulbes presque fleuri du supermarché.

 

Des paquerettes doubles, toutes en nuances de roses plus ou moins teintés de blancs

 

Des violas cornutas

 

Des primevères

 

Complétées d'iris et de muscaris

 

 

Et puis, comme j'avais des petites jardinières de zinc, j'ai fais trois mariages différents

 

Dans la petite jardinière toute en longueur

 

 

Dans le petit pot carré lui aussi en zinc

 

Dans le grand pot gris

 

Elles iront dans le jardin dans quelques jours car le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne fait pas beau. Le jardin blanchit de minutes en minutes et il y a un tel vent que j'ai rentré les juments alors que je les avaient mise dehors quelques heures avant.

 

Par la fenêtre de la cuisine

 

 

Passez une bonne journée et restez au chaud

 

 

 

 


05/03/2017
6 Poster un commentaire

Un mars et ça repart

Nous avons eu une fin Février plus que clémente.

+15 ° dans l'après midi avec du soleil. Autant dire qu'on en as toutes profité

 

Après accord du vétérinaire, Longlette et Bloudie ont retrouvé le soleil et autant dire qu'il y avait de l'énergie à dépenser. La petite surface ne l'a pas empêché d'exprimer sa joie

 

 

Mais le calme est bien vite revenu

 

 

De mon côté j'en ai aussi bien profité. Il faut dire que je n'avais pas mis les pieds dans le jardin du haut depuis début octobre. J'ai donc profité de quelques heures quotidiennes pour travailler ma rééducation. Jardiner veux dire, se plier, se mettre à genoux, gérer son équilibre, pousser la brouette et bouger sur ces pieds. Deux heures de jardin vallent bien une heure de kiné.

 

C'est donc progressivement que j'ai enlevé les inflorescences sèches et commencé un désherbage succin. Celà m'a également permi de confirmer la présence du campagnol terrestre y comprit dans cette partie du jardin. Mr et Mme Campagnols ont confondu mon jardin avec un restaurant gastraunomique ... Campanules, asters, astrances, marguerites, géraniums me sont restés dans les mains, sectionnés aux collets.

 

 

Ces beaux jours ont également été favorables aux plantes du jardin. De nombreux arbustes ce sont ouverts.

 

 

Les jeunes fauillages prenneaient de la couleur

 

 

Les héllébores relèvaient la tête

 

 

 

Je m'aprêtais à faire une belle découverte

 

 

 

Mais depuis hier, l'hiver est de retour.

 

 

Il neige faiblement mais régulièrement. Le jardin est de nouveau blanc, les juments ont rejoins leurs boxes et miss Pastille est de nouveau installée sur le couvercle de l'aquarium.

 

Passez une bonne journée

 

 


01/03/2017
2 Poster un commentaire

Une journée comme les autres

Demain, ça fera 4 mois que je suis "à la callée ou en caisse" comme on dit ici.

4 mois d'arrêt, majoritairement assise sur mon banc.

C'est long mais j'ai pas d'autre choix.

 

Voilà donc comment j'occupe mes journées.

Le matin, après mon ptit dej, je commence toujours par m'occuper de Longlette et Bloudie qui sont dans ma grange pour cause de fracture du métacarpe de Longlette. Bloudie-nenette en profite pour passer l'hiver au sec, à l'abri du froid, le nez dans le foin.

 

 

 

 

Le repas de Longlette est une véritable pharmacie donc ma stagiaire Melle Pastille vérifie que j'utilise bien le bon produit au bon moment de la journée

 

 

 

Une fois le foin distribué et les litières débérassées des crottins, je descends aux Brunèles en faisant une étape chez le kiné.

Aux Brunèles, je retrouve mes deux débrousailleuses qui réinterprètent le proverbe "cheval crasseux, cheval heureux".

 

 

Cracra et Ma-Fi en profitent pour se rouler dans un "trukipu" grater un trou, ou cavaler après une bestiole dont elles seules connaissent l'existance.

 

Il est généralement pas loin de midi quand je rentre. Ayant suffisement marché pour la journée, le reste de la journée est généralement "au calme". J'alterne les activités comme la lecture, la bourellerie, un petit peu de jardinage ou de l'aquarelle comme la réalisation des cartes du SOL. Toutes les cartes sont réalisées à l'aquarelle et sont donc uniques. Elles ont commencé a arriver chez leurs destinataires et il semble qu'elles fassent plaisir. Je vous les présente donc dans leur totalité.

 

Comment ça, ma table de travail est encombrée ?

 

En même temps voilà pourquoi

 

 

 

 

 


08/02/2017
22 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :