les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Fin de saison pour Untuition

Au printemps, j'avais décidé de confier Untuition à une jeune cavalière.

La jument n'a plus rien à prouver sur 80 km puisqu'en trois courses, elle fait deux podiums en 2015.

Il était temps de passer au stade supérieur et comme je n'ai pas les qualifications pour le faire, autant faire plaisir à un jeune.

 

Après quelques temps de recherche, j'ai fais la rencontre d'Oriane jeune cavalière de Rhônes-Alpes régulièrement classée en courses internationale et à quelques kilomètres de l'école où je travaille. 

 

Sauf qu'au lieu de courir sur 120 km elle n'en fera que la moitié.

La jument n'était pas dans son assiette, trop calme, pas forcément en état alors que correctement nourrit, avec des petits bobos qui guérissent pas comme il faut et toujours un problème ostéopathique sous-jacent.

 

J'ai donc récupéré Untuition quelques jours après sa course de St Nizier De Fornas (où elle finit seconde) et prends rendez-vous chez le véto.

Il fait une prise de sang dont les résultats montreront de l'Anaplasmose qui est une intoxication du sang transmise par les tiques.

 

Comme elle était pas top de top lors du contrôle véto final de St Nizier et qu'il y a un problème de musculature sur une fesse et donc un possible problème ostéo, on décide de faire des tests de flexion (on plie le membre le plus longtemps possible et on part au trot juste derrière  pour voir si il y a boiterie) et rechercher la cause de cette raideur de postérieur.

Avec le véto, on y passe plus de deux heures et pour finir il fait des radios.

Le problème est alors vite identifié.

Eparvin .....

 

C'est quoi ça de l'éparvin?

L'éparvin est une hyper-calcification des petits os du jarret et forcément, ça fait mal.

Le jarret correspond à notre cheville et est pleins de petits os. C'est lui qui permet la mobilité du bas du membre.

 

tuitui.jpg eparvin.jpg

 

Vue comme la calcification est développée, ça doit faire un moment que le problème est présent. Dans le cas d'Untuition ça pourrait venir de son mode d'élevage et d'une alimentation pas adaptée à son âge en période de croissance. Nous l'avons récupéré sauvage (au vrai sens du terme .....) à trois ans et les causes cévenols ne sont pas réputés comme très nourrissant.

 

Le traitement consiste à souder les os entre eux (les petits plats, au milieu de l'articulation) par une infiltration.

 

L'anaplasmose est également à soigner. Cure d'antibiotiques en intraveineuses trois fois / jours en boxe stérile car l'immunité est complétement anéantie. Cette maladie est assez rare et n'a pas de vrais symptôme contrairement à une pyroplasmose par exemple.

Les symptômes sont :

- fatigue

- manque d'état

- plaies qui ne guérissent pas correctement

- taux de globules rouges trop important dans le sang.

 

La maladie est rare, sauf que cette année, il y a eu beaucoup plus de cas. Le traitement était donc en rupture de stock.

Il nous a fallut attendre Aout pour disposer du produit et nous avons ensuite attendu que la chaleur diminue un peux pour hospitaliser Untuition.

Elle a alors passé 10 jours enfermée dans un boxe, sur sol plastique, en tête-à-tête avec un filet de foin, sans mettre le nez dehors.

Autant dire qu'elle a pas vraiment aimé ....

 

Je l'ai récupéré fin aout pas vraiment en état, complètement démusclée  et épuisée.

 

tuitui 2.jpg

 

Depuis son retour, je la soigne chaque jour et elle reprends de l'énergie chaque jour un peux plus. Elle c'est déjà bien remplumée et les côtes ne sont pour ainsi dire plus visibles.

 

Le véto est passé la semaine dernière faire des radios de contrôle.

Il est confiant, la calcification prévue est en train de se faire et elle a de nouveau l'oeil vif.

Untuition recommence à rimer avec dragon et ça, c'est bon signe.

Elle est toujours en phase de repos et reprendra très progressivement le travail.

 

On va commencer par une à deux sorties d'une à deux heures au pas voir avec un peux de trot, sans forcer, juste pour continuer à mobiliser l'articulation et lui permettre de se remuscler. Le véritable entrainement en vue de reprendre sa carrière en endurance est prévue pour le printemps.

 

J'espère la monter en course sur 60 km et qu'elle puisse repartir en international en 2017 peut être à nouveau sous la selle d'Oriane car la jument s'entendait vraiment bien avec sa jeune cavalière. Et puis, si elle n'arrive pas a finir une course d'endurance, soit elle nous fera de jolis poulain (son modèle plait beaucoup et elle a de belles performances)  soit on fera de la ballade-rando-trec car c'est pas une jument a laisser inactive.


09/09/2016
1 Poster un commentaire

Sous les pruniers, un "fouzitou" horticole

Je sais pas vous, mais en été, je mange de la salade "fouzitou".

Concombre, salade verte, avocat, tomates, fromage, oeuf, crevettes .....  de la vinaigrette, un grand saladier et voilà un repas.

 

Le massif des pruniers c'est la même chose mais version horticole. C'est le premier massif planté à notre arrivée et en partie avec des végétaux déménagés. Les pruniers étaient déjà là et avaient pour mission de protéger les végétaux plantés à leurs pieds et servir de support aux grimpants. Fougères, buis, lonicera nitida, pierris,  hydrangéas, rosiers, digitales, campanules, hostas, mais aussi alchemilles, marguerites, coeurs de marie, salicaires, asters, pivoines, bulbes printaniers, spirées ...  Dans le rôle de la vinaigrette : les géraniums vivaces qui s'étalent et lient les différents éléments du massif. Bref il y a vraiment de tout et c'est planté bien serré donc je ne désherbe quasiment pas. Par contre, en fouillant on trouve en plus des pruniers, des fraises des bois et du cassis qui a déménagé là lors des travaux de façade de la grange. Le massif a alors été protégé par de la clôture et s'en ai parfaitement sortit (merci les branches de prunier dans la cabine du manitou)

 

cassis.jpg charpente jardin.jpg

 

C'est le premier massif que l'on voit, sur la gauche, juste après avoir passé le portail. La bordure est l'ancien IPN métallique qui servait de "poutre porteuse" de la grange avant qu'on fasse les travaux.

 

20.jpg

 

19.jpg

 

4.jpg

 

Il se termine par le gros pot bleu et le portique vers le potager , visible lui;  depuis la terrasse

 

22.jpg


23.jpg

 

Dans ces pots, sont plantés les végétaux issus du sauvetage réalisé au printemps dans le massif du pignon juste en face lorsque Ma-Fi avait fait son carnage et complété de plantes saisonnières.

 

Mais plutôt que de rester en plans large, voici un peux de détail car les acteurs sont nombreux.

Voici ceux qui sont actuellement en fleurs

 

La spirée Antony Waterer est énorme, elle vient de mon premier jardin à quelques km de Blois et mesure prêt de 2 m de large. Elle est accompagnée de rosiers (dont Amber Queen et un rosier rose très double sans nom eux aussi issus de mon premier jardin) de géraniums, d'asters mais aussi du feuillage panaché du pierris


  1.jpg


Amber Queen est planté juste au pied du premier prunier

 

amber queen.jpg

 

Cuisse de Nymphe émue est juste à côté. Il est tellement gros qu'il a presque des airs de petits grimpants. Il se marie d'ailleurs joliment à un grimpant assez peu conné : La Fraicheur

 

Cuisse de Nymphe émue, plus rose que Cuisse de Nymphe, elle aussi au jardin

 

montage cuisse de nymphe émue.jpg

 

La Fraicheur est un rosier Turbat des années 1920. C'est un grimpant aux airs de "The fairy" qui dégringole du prunier qui lui sert de support. Les fleurs éclosent assez soutenu, en petits  groupes et fanent presque blanc. Un vrai petit bijou qui atteint progressivement le sol et se marie aux géraniums ou au feuillage du pierris planté en plusieurs exemplaires

 

la fraicheur 1.jpg la fraicheur 2.jpg

 

13.jpg

 

J'aime pas, j'adore

 

montage la fraicheur.jpg

 

Paul Himalayan Musk est également dans le prunier mais la grêle tombée il y a quelques jours a détruit les quelques fleurs qu'il portait (c'est une bouture de deux ans)

 

Le dernier Prunier (celui en face de la terrasse), juste à côté du portique est escaladée par deux grimpants. Welchenblau que l'on ne présente plus et Iceberg en grimpant

 

15.jpg 16.jpg 8.jpg

Provin panaché et Honorine de Brabant sont également plantés mais fanés. Ce sont donc les hydrangeas qui prennent la parole avec leurs débuts de floraisons.

Anabelle, serrata,  mais aussi plusieurs paniculata dont sylver dollar, tardiva ou little lime qui prend une teinte rosé bien plus pâle que Vanille-Fraise lui aussi au jardin.

Un hydrangea macrophylla est présent au jardin mais comme il fleurit sur le bois de l'année au printemps, je profite rarement de ces fleurs car il n'aime pas la neige de printemps.

 

montage hydrangea.jpg

 

Et puis, pour compléter il y a entre autre de nombreux géraniums hyper rustiques et au développement généreux

 

montage geranium.jpg

 

Des marguerites qui étaient là avant moi

 

5.jpg 9.jpg

 

Ou des digitales issues du premier SOL de 2014  qui se ressèment sans mon intervention

 

digitales claires.jpg

 

A venir ?

Les asters plantées en quantité mais sans le moindre noms, des persicaires, de la véronique ..... et de prunes

 

6.jpg

 

La grêle de la fin de la semaine dernière en as fait tomber pas mal mais je devrait pouvoir faire quelques kilos de confitures et les chiennes ramassent les fruits tombées.

Elles profitent aussi du lieu, à l'ombre l'après midi pour y faire la sieste

 

10.jpg

 

Je vous souhaite une bonne journée et m'apprête à grimper à l'étage rejoindre Pastille la chachounette de la maison

 

24.jpg WP_20160801_030.jpg

 

Un camion est venu me livrer les plaques de plâtre et je profite donc de la fraîcheur de l'étage pour monter les cloisons.

 

 

 

 


04/08/2016
8 Poster un commentaire

Club des 5 ROUGE

ça faisait un moment que  Marie Claude ne nous avait pas invité a un club des 5

Comme on est en plein été, il faut de la couleur. Ce sera donc du ROUGE

 

Voici donc ma participation

 

Papaver roheas du SOL.

Floraison éphémère mais chaque jour renouvelée et ils se resèment abondamment un peux partout, là où ils veulent.

 

101.jpg

 

Trois rosiers avec chacun une nuance différente

 

 

Cocktail.

Un petit grimpant, rouge velours en fin de floraison et un petit coeur jaune quand il s'ouvre. Rosier Meilland  de 1957. Il est dit sensible à l'oidium mais ici il est épargné. Des taches noires sur le feuillage mais ça ne gène en rien sa floraison. Il mesure 1.20 - 1.50 et a été planté au printemps au pied de la nouvelle structure. Il patientait en pot depuis un ou deux ans.

 

103.jpg

 

Cascade rouge

Un petit rosier a planter au premier plan d'un massif ou en pot comme ici. Il fleurit jusqu'à l'hiver ou presque et pour l'instant, n'a pas montré la moindre maladie.

102.jpg

 

Eric Tabarly

Un grimpant. Il a besoin d'eau pour être beau. Sinon il reste moche. Il est un pingre en roses mais elles sont superbes, très doubles,, tiennent longtemps et il refleurit bien en fin de saison.

104.jpg

 

Et puis pour finir voici un animal du jardin. ça change des fleurs et puis la photo du petit oeillet rouge très sombre ne rend rien, les scabieuses et les hémérocalles sont encore en boutons. Quand aux tomates .... elles sont en fleurs donc jaune

 

Voici donc, non pas Mme la tortue puisqu'elle est VERTE

107.jpg

 

Mais Mr Serpent,

l'un des joujou favori de Ma- Fi. Rouge bien vif, limite vermillon

105.jpg

 

Rouge bien vif et déjà opéré plusieurs fois, ça fait d'ailleurs un moment qu'il ne "pouike" plus le pauvre 

 

106.jpg

 

 

Nous avons prit un bel orage cette nuit (son et lumière en très léger différé) et nous avons perdu pas loin de 15°C. Je vais donc en profiter pour aller aux Brunelles passer un coup de débroussailleuse.

 

Bonne journée

Hélène


22/07/2016
3 Poster un commentaire

A l'ombre, sous le rosier wedding day

Wedding day est le rosier le plus imposant du jardin. En même temps c'est un liane et il a été planté parmi les premiers au jardin. Aujourd'hui il m'offre pas loin de 10 m² de roses blanches légèrement parfumées et remplace l'érable coupé par mes voisins en matière d'ombre. C'est un géant, bien piquant et non remontant mais qui fournit une quantité de cynorrhodons aux oiseaux en hiver.

Un mur de roses que je tresse (ou plutôt que j'essaye de tresser) dans le grillage et qui rejoint ensuite la structure en fers à bétons qui entoure le banc dans le jardin du haut

 

100.jpg

  
   De prêt

80.jpg

 

A ne pas confondre avec Guirlande d'amour qui lui est planté au pied d'un des poteaux de la structure, qui est double et accompagne la clématite rouge. Juste à côté le cornus kousa satomi finit sa floraison.

 

72.jpg 14.jpg

20.jpg

Dans mon dos, wedding day se mélange à un troène doré qui, sur l'étiquette, était panaché de blanc

60.jpg

 

Il y a aussi, plantée au pied du poteau (à mon arrière droite) une clématite samaritan.

15.jpg 79.jpg

 

Et puis toujours  sur ma droite deux rosiers remontants qui fleuriront jusqu'à ce qu'il neige.

Iceberg

29.jpg

 

Et l'un de mes chouchous : sourire d'orchidée que l'on ne présente plus et qui est produit par D. Croix sur le Pilat

75.jpg
76.jpg
78.jpg


Autant dire que le lieux est abondement parfumé et que j'y suis en bonne compagnie.

Les vues un peux plus larges sont pas mal aussi, le jardin prends de la maturité et chacun affirme progressivement sa présence

 

Sur ma droite

65.jpg
66.jpg
71.jpg

 

Juste en face de moi

 

21.jpg 63.jpg

85.jpg 86.jpg

 

Et sur ma gauche, qui commence à griller au soleil, le massif des poiriers

87.jpgce à faire chaud même

 

Bonne journée, restez caché, il commence à faire chaud, même ici.

De mon côté, je vais aller mettre de l'eau aux juments car elles siphonnent le bac de 500 l en trois jours .... puis remonter à l'étage de la grange et bénir les anciens qui ont inventés le "chapis " .


20/07/2016
3 Poster un commentaire

A l'ombre

Ici aussi, bien qu'étant en altitude, on a pas froid (34 °C) .

Chacun cherche de l'ombre

Pour cracra, se sera sous le chaenomeles;  Ma-Fi préfère l'ombre de la niche et le confort du tapis qui va avec et Terry, reste étalée de tout son long sur le carrelage à l'intérieur

 

31.jpg 53.jpg

Quand à moi, je passe pas mal de temps à l'intérieur mais je préfère être dehors bien à l'ombre, le nez chatouillé par des parfums de roses pour bouquiner.

33.jpg

 

Au départ, (il y a plusieurs années) ne sachant si j'utiliserai les lieux, j'avais fais simple. Deux palettes posées au sol. Avec le temps, l'usage et la neige, les palettes ont pourrit et en juin, j'ai profité d'un rare weekend sec pour réaliser un pavage multiformat. Ce ne sont là, que des restes. Trouvées dans la grange quand on l'a intégralement vidée il y a deux ans. Granit, gneiss, porphyre et bois, le tout posé sur du concassé et jointé avec un mélange de chaux et de sable. La surface permet juste de poser un transat et à une chienne de s'installer à mes pieds. J'y suis environnée de roses et de vivaces. Un viburnum opulus de plus de 3 m de haut me fait de l'ombre accompagné de Diervillea blanc et d'un rosier Martine Guillot qui c'est transformé en mini grimpant.

 

30.jpg

 

A ma droite quand je suis installée

 

37.jpg

38.jpg

 

Le rosier Confusion de Dominique Croix qui fleurira tard dans l'automne

 

39.jpg

 

Cuisse de Nymphe (3m de large par presque deux de haut) hélas pas remontant et qui fane "moche"
40.jpg

 

Et puis un joli quintête : Raubritter, knok-out, pendulina, geranium wagrave pink et une petite spirée.

Tout le monde s'enlace, s'entrelace et se mélange formant un joli buisson coloré tout l'été même si certains ne sont pas remontants.


41.jpg 42.jpg 44.jpg
43.jpg
45.jpg
52.jpg

 

Sur ma gauche, d'autres rosiers sont aussi plantés

 

Pergolèse au rose un peux framboise et qui cette année a produit des coeurs verts

47.jpg

36.jpg

 

 

En arrière plan

Salet parfumé tout l'été

49.jpg

50.jpg
51.jpg

 

Et sur la droite, à proximité d'un houx panaché , lavander dream qui parfois émet un délicat parfum mais ce n'est pas systématique

48.jpg

46.jpg

 

Un petit peux plus loin, la spirée billardi mélangée à koningin von danemark,

35.jpg

 

Chlotide Souper et le geranium nymbus

34.jpg

54.jpg

 

 

Vue plus large

55.jpg

 

Et ce que je bouquine là ? cachée dans les rosiers ?

Deux livres, l'un sur la conception des jardins par Roger Duval dans lequel le jardin des grandes vignes est bien présent Conception architecturale du jardin

Et Guide de la couleur au jardin des éditions Ulmer qui est juste INDISPENSABLE

 

Bonne journée, à l'ombre, le nez dans les rosiers

La prochaine fois, je vous montre en détail le banc dans le jardin du haut qui lui est à l'ombre l'après midi. Idéal pour y faire la sieste, là aussi en bonne compagnie

 


19/07/2016
4 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :