les-cavaliers-du-Haut-Forez

les-cavaliers-du-Haut-Forez

Connaitre son type de sol 2/2: déterminer un pH, le taux d'argile et les plantes bio-indicatrices

La suite des cours destinés aux CAP adultes avec au programme :

  • le test du boudin qui permet de connaitre rapidement la proportion d'argile d'un sol
  • le test du pH
  • les plantes bio-indicatrices qui vous peremttront de comprendre pourquoi vous avez du liseron ou du pissenlit dans vos terrains.

 


  1. LE TEST DU BOUDIN

 

Le test du boudin est un moyen rapide et facile pour connaitre la proportion d'argile dans un sol. On prend une poignée de terre que l'on mouille ci besoin et on tente de former un boudin.

 

  • Avec un sol très sableux, on sent les grains dans la main et il est impossible de faire une boule

 

  • Avec une terre très argileuse, elle colle aux mains et il est possible de faire un boudin et même un anneau en terre sans le rompre

 

  • Avec un sol limoneux, on sent les grains, on forme une boule mais elle ne colle pas aux mains et la réalisation d'un anneau est impossible

 

 

 

 

  1. LA RECHERCHE DU pH DU SOL

Le pH d'un sol est lié à la présence de l'ion H+ d'où son nom de potentiel en Hydrogène. Le calcium est l'autre élément à prendre en compte dans le pH. Plus le pH est élevé et plus la concentration en ions H+ est importante. Lorsque le pH du sol est inférieur à 7 on parle de sol acide (en jardin on utilise plus 6.5 comme neutralité) et de plantes calcifuges (qui fuient le calcium). Les plantes adaptées à un sol avec un pH supérieur à 7 sont dites calcicoles (qui aiment le calcaire) et le sol alcalin  En sol acide, les éléments nutritifs vont se dissoudre dans l’eau ou être lessivés, tandis que dans un sol alcalin, ils vont rester bloqués sans être accessibles pour les végétaux.

 

De plus, les plantes sont sensibles aux variations de pH : certaines comme les rhododendron, azalée ou camélia ne supportent pas les sols basiques, elles ont besoin d’une terre très acide, alors qu’à l’inverse, les choux, cornouiller, ciste ou aubépine notamment requièrent un sol alcalin, basique, mais surtout pas acide

 

Connaitre le pH d'un sol est donc un élément important. Il existe une méthode utilisant un outil appelé pH mètre mais elle est rarement accessible aux non professionnels de l'étude des sols

Les paysagistes pourront utiliser l'analyse de la flore spontanée (voir suite) ou des produits simples comme le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude.

 

Méthode:

On prélève un peu de terre que l'on place dans deux récipients en verre.

  • Dans le premier contenant on utilise du vinaigre blanc. S'il se forme une mousse blanche, le sol est à tendance acide

 

  • Dans le second contenant on ajoute de l'eau de pluie (pour un pH neutre) et on forme de la boue. On utilise ensuite du bicarbonate de soude et si le mélange pétille c'est que le sol est à tendance alcalin.

 

Si il ne se forme, ni mousse, ni bulles, le pH est neutre ou au moins autour de 7 (entre 6.5 et 7.5)

 

 

 

  1. L'ETUDE DE LA FLORE EN PLACE

La composition d'un sol n'est pas forcément homogène. Elle pourra varier en fonction des lieux et sur une même parcelle, le sol pourra avoir des caractéristiques complètement différentes.

De manière générale, un sol sera plus minéral, donc sec et drainant dans les pentes et plus fertile et riche en eau en bas d'une pente. Avec la pente le climat et la pluie vont avoir tendance à lessiver l'argile et la matière organique en surface. A l'inverse, la Mo et l'argile ont tendance à s'accumuler en pied de pentes et le sol y est alors (mais ce n'est pas non plus systématique) plus fertile.

Une étude précise de la flore en place sur 1m² permettra d'avoir une bonne idée des grandes caractéristiques d'un sol. On parle alors de plantes bio-indicatrices.

 

On les regroupe en trois grandes catégories :

  • Les plantes qui indiquent un manque
  • Les plantes qui indiquent un excès
  • Les plantes qui témoignent de la vie du sol

 

 

  1. a) Le ph du sol sols.

Voir plus haut pour la définition du pH.

Plantes de sol acide

 

 

 

Plantes de sol alcalin

 

 

 

  1. b) Les sols trop tassés :

Quand un sol est trop compact, l'air ne peut pénétrer en profondeur et bien souvent l'eau ruisselle avant d'y pénétrer. La vie microbienne y est donc faible. La principale plante qui témoigne de ce type de sol est le plantain (Plantago major dont l'étymologie est pied ), la ravanelle (Raphonus raphanistrum), la vesce (Vicia sativa), l'achillée (Achilea millefolium), la chicorée ...

 

   

 

  1. C) Les sols pauvres en Mo

La capacité de rétention du sol correspond à sa capacité à stocker les éléments fertilisants et l’eau. Elle est proportionnelle à la quantité et la qualité des argiles, des limons et de l’humus. S’il manque un de ces éléments, il ne peut pas y avoir de fixation dans le sol par absence de complexe argilo-humique (CAH). C’est le cas particulièrement quand la vie microbienne aérobie est faible ou absente.

 

Une plante bio-indicatrice d’un sol pauvre en argile et en matière organique est la pensée sauvage (Viola cornuta), le genêt des teinturiers (Genista tinctoria), du bouillon blanc (Verbascum tomentosum)

  

 

  1. D) Les sols trop chargé en Mo

Un sol peut être trop chargé en Matière Organique d'origine animale ou végétale.

Pour la surcharge en Mo d'origine animale, c'est le résultat d'apport trop important de fumier sans que la Mo apportée ne soit assimilée par le sol. On obtient alors un champ d'orties (Urtica dioica), des épilobes hirsute (Epilobium irsutum), le liseron (Convolvulus), mouron blanc (Stellaria media), pissenlit (Taraxacum), le gaillet gratteron (Galium aparine) ...

   

 

La surcharge peut aussi être d'origine végétale. On observe alors la présence de géranium sauvages (Géranium robertianum, G molle, G sylavtiucum .....), la bardane (Actium lappa),

 

 

 

  1. E) Les sols trop chargés en argile et donc bien souvent d'eau.

L'argile a la capacité de fixer l'eau et la matière organique dans le sol. En présence d'eau en trop grande quantité, les animaux vivant dans le sol n'ont plus d'accès à l'oxygène. Il s'agit alors de sols dit asphyxiant. On remarque alors la forte présence de saules (Salix ...), aulnes (Alnus ....), prêle (Equisetum), renoncule des marais (Renunculus sardous), renouées (Persicaria amphibium)

   

 

 

Guide complet des plantes bio indicatrice en suivant le lien :

http://gabb32.org/wp-content/uploads/2017/01/Guide_bio_indication_vegetale_BDG_GABB32.pdf

 

  1. L'ANALYSE CHIMIQUE

 

Réaliser une analyse chimique n'est pas à la porté d'un paysagiste. Il faut alors se rapprocher d'un professionnel de l'analyse du sol ou d'une jardinerie.

 

Il faut ensuite prélever un échantillon, le placer dans un sachet et l'envoyer ou le déposer. On obtient en retour un document complet, variant selon la demande et les domaines à étudier ainsi qu'une analyse des valeurs obtenues.

 

 


Voilà, vous avez quelques bases pour étudier le sol en place.

Le prochain cours sera celui sur les amendements et les engrais. Les zétiquttes des boites d'engrais à tomates ou géraniums n'auront plus de secrets pour vous.

 

 

Bonne journée

 

Hélène



29/04/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 146 autres membres